Les SDF de Bellecombe recasés dans le 7e : les associatifs toujours mécontents

Article actualisé le 13 janvier à 9h17

Les 130 sans-abri hébergés depuis le 17 décembre dans le gymnase du collège Bellecombe (6e arr.) ont fait leur sac. Direction : un autre gymnase, cette fois dans le 7e arrondissement. Les associations appellent une nouvelle fois à la création d’un lieu pérenne pour l’hébergement d’urgence.

Le gymnase de Bellecombe dans le 6e arrondissement, qui avait ouvert ses portes aux sans-abri depuis la chute des températures fin novembre, ferme ce mardi. La préfecture du Rhône a libéré le centre sportif pour permettre aux écoles et aux associations de quartier de reprendre leurs activités. Un nouveau lieu d'hébergement est mis à disposition dès ce mardi soir 17 heures. Il s'agit du gymnase Gabriel Rosset, dans le 7e arrondissement, où 120 SDF pourront être hébergés. Problème, l'hébergement d'urgence est délégué au 115, qui s'occupe de disperser les sans-abri entre le gymnase, le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri (Centre Gabriel Rosset), la Halte de nuit, le centre Saint-Irénée, et quelques hôtels.

"Ils doivent se réinscrire au 115 et ce n’est valable que pour deux jours. Nous avons pu transmettre une liste pour les familles. Mais les personnes isolées doivent appeler séparément. C’est de la folie", réagissait Gilberte Renard du collectif Rrom. Elle était présente parmi une trentaine d’autres militants associatifs pour dénoncer une "situation inacceptable pour ces personnes qui sont baladées d’un lieu à un autre". Arrivés sur place, les associatifs n’ont pu que constater l’absence de personnel de la préfecture ou de la mairie de Lyon pour aider les personnes à solliciter, de nouveau, cet hébergement dans un gymnase.

Parmi ces sans-abri, une majorité de Roms, échoués ici depuis l’expulsion du squat de Vaise. "Il aurait fallu au moins un interprète pour expliquer la procédure", poursuit Gilberte Renard. Finalement, avec ces militants associatifs, c’est Miguel, un autre SDF, qui a rassemblé toutes les cartes d’identité pour dresser une liste des familles Roms et les transmettre au 115. Demain mercredi, le préfet va recevoir les associations et syndicats mobilisés sur l'hébergement d'urgence. Pour la première fois, ils vont pouvoir notamment demander, en direct, l’ouverture de lieux d’hébergement pérennes.

A la sortie de la réunion du mercredi 12 janvier, les militants associatifs et syndicaux ont "salué" l'engagement pris par la volonté du préfet de trouver une "solution alternative" à l’hébergement d’urgence en gymnase jusqu’à la fin de l’hiver en collaboration avec la Ville de Lyon (lire ici).

à lire également
Le père Pierre Vignon, en septembre 2018, à Saint-Martin-en-Vercors © Tim Douet
L'association La Parole Libérée a délivré les mots des victimes d'actes pédophiles dans le diocèse de Lyon. Mais aussi ceux d'un prêtre niché dans les hauteurs du Vercors. Dans une lettre ouverte, Pierre Vignon a exhorté le cardinal Barbarin à démissionner et à prendre acte de ses erreurs. Rencontre avec ce religieux du maquis nommé juge au tribunal ecclésiastique de Lyon, résistant contre la racine des abus : le cléricalisme.
1 commentaire
  1. Marc ANTOINE - 8 février 2011

    CE MARDI 8.02 A MA CONNAISSANCE ET DE VISU, CES SDF SONT TOUJOURS PRESENTS AU GYMNASE BELLECOMBE. MERCI D'ACTUALISER VOTRE SITE

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut