Les salariés de Bayer en colère

Techniciens et cadres ont dénoncé 'la faiblesse de l'augmentation des salaires', 1 %, alors que Bayer, en 2008, a vu son Chiffre d'affaires augmenter de 10 %, en ce qui concerne la branche Cropscience pour laquelle travaillent ces salariés.

Détonateur de la contestation, l'annonce, le mois dernier, de l'augmentation des dividendes des actionnaires, de l'ordre de 4 %. L'année dernière, la hausse était de 35 %.

'Le chiffre d'affaire 2008 est exceptionnel, meilleur encore que les années précédentes, et la direction ne propose aux salariés que 1 % d'augmentation' s'exclame le délégué syndical central pour la CGT, Stéphane Tourneux. Chimiste pour Bayer, il explique que '183 postes ont été supprimés depuis 2000 au motif de restructuration'. Aux yeux du délégué syndical, la direction mésestime le stress généré : 'les dossiers s'accumulent pour les salariés restants'.

Une fusion à venir

Les salariés se sont réunis avant la tenue d'un Comité centrale d'établissement, cet après-midi, entre membres de la direction et élus du personnel. A l'ordre du jour, 'la fusion des différentes entités juridiques' de Bayer en France. Deux cadres de Bayer interrogés par Lyon Capitale explique que la restructuration donnera lieu à des suppressions de postes qui viseront 'les doublons'. Une augmentation des salaires est peu probable, 'c'est plutôt fermé, le Groupe étant basé en Allemagne' expliquent-ils.

Le Groupe allemand Bayer emploie 600 personnes à Lyon, au siège social et au centre de recherche, et 300 personnes à l'usine de conditionnement de Villefranche. D'après les informations données par l'entreprise qui ne souhaite pas communiquer sur la polémique, le groupe Bayer connaît une 'augmentation de 1,6 % du chiffre d'affaires' à près de 33 milliards d'euros.

Stéphanie Ména

à lire également
C’est officiel, Safran a choisi Feyzin pour implanter sa prochaine usine, aidé dans sa décision par le tapis rouge que l’État et les collectivités locales ont déroulé. Au terme d’une route pavée de rivalités politiques, de concurrence internationale et de bonnes intentions, 25 millions d’euros de deniers publics ont été débloqués pour attirer l’industriel. Un effort considérable qui pose la question suivante : jusqu’où les pouvoirs publics sont-ils prêts à aller pour réindustrialiser la région ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut