Les prisons de Lyon, rasées ou pas rasées ?

Un défi urbanistique déterminant pour l'avenir de Lyon. L'Etat et la préfecture du Rhône diront bientôt si les anciennes prisons Saint-Paul et Saint-Joseph seront conservées en partie ou non. Aperçu des projets architecturaux possibles.

Architectes et urbanistes ont tranché. Le préfet leur avaient demandé en mai s'il fallait détruire les anciennes prisons de Lyon. La majorité a répondu non. Saint-Joseph et Saint-Paul construites en 1835 et 1865. Totalement vétustes, mais uniques en leur genre et vides depuis l'été. Les détenus ayant déménagé à la prison de Corbas. Situées en plein centre de Lyon sur la rive droite du Rhône, à proximité immédiate du quartier Confluence. Architecturalement, c'est la combinaison des deux qui est intéressante. Saint-Paul, en forme d'étoile, face à Saint-Joseph, en forme de rectangle à franges.

Pas le temps d'attendre

Il y a onze mois, le ministère de la justice a exprimé son souhait de vendre les terrains au plus vite afin de récupérer de l'argent frais pour reconstruire de nouvelles prisons "plus humaines", type Corbas, selon le préfet du Rhône. La vente des terrains est estimée à 25 millions d'euros. Mais l'émoi des défenseurs du patrimoine lyonnais a fait pencher la balance en faveur de la conservation d'une partie du bâti. Le préfet, à l'écoute, a négocié “au plus haut niveau” de l'Etat, et déposé un "appel à idées". le but étant d'imaginer tous les projets qui permettraient de sauver une partie du bâti du 19ème siècle, sans faire perdre d'argent au ministère.
16 projets ont été déposés le 15 septembre, date butoir, à la préfecture du Rhône et présentés à la presse le 28 septembre. A noter que la réhabilitation des prisons est encore très confidentielle en France. Au final, seul un architecte a proposé de rayer complétement de la carte les prisons de Lyon en détruisant tout et en construisant du neuf. Selon ce candidat, une prison n'est pas un lieu à conserver, c'est un symbole négatif, a indiqué le représentant de la direction départementale de l'équipement. Un autre candidat a proposé de détruire une partie du bâti et de reconstruire en négatif, pour faire apparaître l'ancienne prison dans les vides. Un projet jugé fort conceptuel par la préfecture, rendu par le cabinet Marc Givry Architectes.

14 projets pour la conservation des prisons

Mais la majorité des projets (14 projets) ont proposé de conserver tout ou partie des bâtiments. Un premier groupe de quatre réponses a imaginé de garder le bâti et de densifier les lieux au maximum en contrepartie pour atteindre le plus haut niveau de prix de vente, un argument qui pourrait jouer dans le choix du propriétaire, le ministère de la justice. Une seconde famille de trois réponses propose de conserver partiellement les prisons et de créer de nouveaux bâtiments, avec ouverture d'un espace public, en diagonale, vers la place des archives. C'est le cas de l'Université catholique de Lyon qui se propose d'acquérir le terrain et d'y contruire une nouvelle université. Enfin, un troisième groupe de deux réponses propose de conserver totalement les bâtiments, sans création nouvelle, avec un projet de centre commercial et de galerie d'exposition de luxe ou à l'inverse, un projet de piscine publique et de salle de sport. Mais ce dernier projet semble compromis puisqu'aucun investisseur public ne s'est montré intéressé par le terrain des prisons. Enfin, dernière famille de projets. Cinq proprositions qui privilégient l'utilisation des murs d'enceinte et de la rue Delandine, qui passe entre les deux prisons, sous la voie ferrée, sans conservation du bâti intérieur.

Sur la base de ces propositions, la Direction départementale de l'équipement (DDE), la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), l'architecte des bâtiments de France et le ministère de la Justice vont maintenant plancher sur un cahier des charges destinés aux investisseurs potentiels qui auront quatre mois pour déposer leurs offres entre janvier et mai 2010. Un an est prévu ensuite pour élaborer les projets et déposer les premiers permis de construire avant de débuter les travaux au deuxième semestre 2011.

Lucie Blanchard

Retrouvez les projets des architectes en cliquant ici
Crédit photo : cabinet Marc Géry architectes

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut