Une photo de Vaulx-en-Velin en 2017, avec Lyon en arrière plan. @ Jeff Pachoud /AFP

Les Gones et la présidentielle : à Vaulx-en-Velin, une jeunesse résignée et loin, très loin, du vote (reportage)

Dans l'une des communes les plus populaires de la Métropole de Lyon, Vaulx-en-Velin, les aspirations de la jeunesse sont loin, très loin, de la présidentielle. "Ca ne sert à rien", "ça ne va rien changer", "ils sont tous pareils". Très peu se déplaceront, dans deux mois, lors du 1er tour de la présidentielle le 10 avril. Ils nous expliquent pourquoi. Reportage.

"Cela nous pousse à tous nous interroger". 1er tour des élections régionales, en juin 2021. Dans les couloirs de la magnifique Préfecture du Rhône, dans le 3e arrondissement de Lyon, la maire socialiste de Vaulx-en-Velin, Hélène Geoffroy, est venue commenter le résultat de celle qu'elle soutient, Najat-Vallaud-Belkacem. L'ancienne ministre de l'Education nationale n'a fait que 11% des voix. Elle se ralliera à l'écologiste Fabienne Grébert entre les deux tours. Mais la réflexion d'Hélène Geoffroy, elle ne concerne pas "Najat", mais le taux d'abstention, le plus élevé des 59 communes de la Métropole de Lyon ce soir de juin 2021 dans sa commune de Vaulx-en-Velin.

Oui, "Najat" est arrivé en tête à Vaulx au 1er tour. En tête, avec 664 voix... sur plus de 50 000 habitants. Abstention record de... 88%. 1 personne sur 10 s'est déplacée à Vaulx ce jour-là pour voter. Tous âges confondus. Alors imaginez combien de jeunes ont voté... Une commune où là moitié de la population a moins de 30 ans. Où les défis sont immenses.

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : des défis immenses, ce qui va changer cette année à Vaulx-en-Velin

Alors on peut dire que ce n'était "que" les régionales - des élections où il faut bien l'avouer c'est compliqué de comprendre qui fait quoi, encore plus quand des candidats font campagne sur des compétences qui ne sont pas celles des régions - mais un an plus tôt, ce n'était pas beaucoup mieux lors des municipales. Hélène Geoffroy a été réélue avec 2454 voix au 2e tour. Et une abstention de 76%. Mais alors on peut aussi dire que c'était en plein pendant le covid-19, le confinement, la crise sanitaire etc etc... Et que là, cette fois, c'est la présidentielle, l'élection suprême, l'élection surmédiatisée, et que donc il va y avoir un sursaut.

Les politiques ? "Pour des jeunes de Vaulx, ils n'ont aucune idée, aucune proposition, aucune solution"

Au Mas-du-Taureau, quartier très populaire de Vaulx, où les premières révoltes urbaines avaient éclaté en octobre 1990, les jeunes que nous avons rencontrés sont divisés. Entre résignation et détestation du personnel politique. "Tous les mêmes", "ça ne sert à rien". "Voter ? Mais ça va changer quoi comme nous ? Sarkozy, Hollande, Macron, je ne vois aucune différence dans mon quotidien", explique Sabri, 32 ans. Il amène son petit garçon de 7 ans au foot. "L'associatif, oui j'y crois. Avec des gens qui s'entraident, qui sont solidaires entre eux. Mais la politique, non. Vous allumez la télé, les chaînes d'info, vous avez quoi ? Truc rejoint tel et ça blablatte pendant des heures. Tout ça pour un poste de député ou je sais pas quoi. Comment voulez-vous que les gens se déplacent pour aller voter ?".

Un peu plus loin, quelques jeunes entre 15 et 25 ans discutent. Certains sont en âge de voter pour la première fois. Très peu iront. "Je ne m'intéresse pas à la politique, je le vois pour mes parents, ça ne change rien pour eux, les salaires n'augmentent pas", fait remarquer Jordan, 19 ans, en recherche d'emploi. Pourtant, tous citent plusieurs candidats à la présidentielle sans hésitation. Macron, Zemmour, Mélenchon et Le Pen sont les plus connus. "Mais pour des jeunes de Vaulx, ils n'ont aucune idée, aucune proposition, aucune solution. Ils ne viennent pas ici, ils font juste le tour des plateaux télé. Tout est cadenassé pour les plus riches, on ne voit pas la différence pour nous entre les candidats", ajoute-t-il.

Et les candidats de gauche ? Hidalgo ? "Ah bon elle a grandi à Lyon ? Je ne sais pas qui c'est. Ah, elle est socialiste, mais le PS entre 2012 et 2017 en quoi ils ont amélioré la vie des gens ?", souffle Rafik, 20 ans, étudiant. Jadot ? "Jamais entendu parler". Les écologistes ? Le dérèglement climatique ? "Ici, l'urgence elle est déjà tous les jours, pour payer son loyer et pour se payer un Uber le soir pour manger", ajoute Jordan. "Mes parents me disent : c'est important pour la planète, il faut trier ses déchets, il faut aller vers un système où on consomme moins etc... Je l'entends. Mais ici, à Vaulx, pour beaucoup l'écologie c'est bien à Lyon, c'est un truc d'ingénieurs et de villes riches". Mélenchon ? "Il fait de la politique depuis 40 ans... Et de toute façon il n'a aucune chance d'être élu non ?", soupire Jordan.

"Les jeunes voient les politiques se succéder et trop peu de changement à leur goût"

Selon l'INSEE, le taux de pauvreté en 2019 à Vaulx était de 33% dans la commune, soit plus du double de la moyenne de la Métropole de Lyon (16%). Avec un très haut taux de chômage, notamment chez les moins de 30 ans. Ici, l'urgence, elle est au quotidien. Et elle est sociale. "C'est trop facile de dire : les jeunes ne votent pas, donc ils se désintéressent du débat public, de leur vie, de leur futur. Non, c'est juste qu'ici, beaucoup de gens n'y croient plus. Ils voient les politiques se succéder et trop peu de changements à leur goût. Il y a toujours de la pauvreté, du décrochage scolaire. Ils se sentent délaissés. Donc, au bout d'un moment, ils s'en détournent de la politique, ça ne les concerne plus", souligne Nasser, 30 ans, habitant du quartier depuis tout petit.

La nouvelle médiathèque maison de quartier du Mas du Taureau, à Vaulx-en-Velin

Pourtant, ici, au Mas-du-Taureau, les plans de rénovation urbaine, de transformation urbaine, se sont multipliés. Il y a des immeubles modernes, moins hauts. Avec des espaces verts. Des jardins. Une magnifique médiathèque - maison de quartier Léonard de Vinci, va aussi être ouverte au mois de février 2022 en plein coeur du Mas du Taureau. Des projets, il y en a. "Ca serait mentir que de dire que rien n'a été fait, que rien n'a changé, ajoute Nasser. Mais les habitants ressentent toujours une fracture avec ce qu'ils appellent le "centre", c'est-à-dire Lyon. Lyon, où il y a tous les bons restos, tous les beaux commerces, où le transport d'un point A à un point B est facile, où il y a du travail, où il y a des touristes. En plus, quand on dit qu'on vient de Vaulx-en-Velin, c'est super mal vu. Et puis ici, les habitants se sentent enclavés".

L'abstention devrait arriver largement en tête au 1er tour à Vaulx

Le tram T9 doit traverser la commune à l'horizon 2026, en passant notamment par le centre-ville de Vaulx, par le quartier du Mas-du-Taureau, pour un accès beaucoup plus rapide au métro, à Charpennes ou à la Soie. "Le tram, c'est très bien", se réjouit Mariette, habitante du centre de Vaulx de 25 ans. "Vous vous rendez compte, on va être à la Soie et au métro en 10 minutes. On se sentait totalement à l'écart d'une autre partie de la ville. Du coup, on ne sortait pas beaucoup, on restait chez nous". Mariette avait voté Hamon en 2017, "pour le revenu minimum" qu'il proposait. Elle n'ira pas voter le 10 avril. "Il y a une urgence sociale criante, il suffit de voir comment l'écart entre les personnes aisées et les plus démunies s'est encore creusé pendant la crise sanitaire mais la gauche ne pense qu'à se diviser... C'est désespérant", tranche-t-elle. Nasser hésite lui entre Mélenchon...et l'abstention.

L'abstention qui devrait arriver largement en tête au 1er tour à Vaulx le 10 avril prochain. Notamment chez les jeunes. "On n'en parle pas entre nous de la présidentielle, je vois juste passer des extraits de vidéos de certains politiques sur les réseaux (sociaux) mais ça nous donne pas envie...", poursuit, Malik, 22 ans. Il livre des commandes de repas le soir. En attendant mieux. "Les salaires, ils n'augmentent pas. Le nombre de personnes sans domicile fixe ne baisse pas, franchement on ne voit pas ici la différence entre la droite, la gauche, Macron ou je ne sais pas qui", explique le jeune homme de 22 ans. "J'aimerais bien voter, être emballé, rêver à de meilleurs lendemains mais c'est juste qu'ici beaucoup n'y croient plus".

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : des défis immenses, ce qui va changer cette année à Vaulx-en-Velin


C'est l'échéance. LE rendez-vous tant attendu. Avant l'élection présidentielle française, Lyon Capitale souhaite donner la parole aux jeunes lyonnais et grands-lyonnais. Afin de recueillir leurs témoignages, connaître leurs attentes, leurs aspirations, leurs souhaits, leurs craintes. Des jeunes, pourtant les plus concernés par la France et le monde de demain, mais qui ont pour une grande partie boudé les urnes lors des dernières échéances électorales.

Des reportages, des interviews, des portraits. De jeunes militants, de tous bords, de toutes sensibilités, de toutes aspirations, comme de jeunes découragés et dégoûtés par la politique. En passant par des jeunes diplômés ou non, sensibilisés à l'action publique ou non, de quartiers chics ou populaires.

Avec un fil rouge : Les jeunes lyonnais attendent-ils quelque chose de cette élection ? Croient-ils encore en la politique ? Pourquoi s'engager ? Pourquoi se désintéresser ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut