Les faucheurs de chaises font fermer une banque à Lyon

Cinquante militants ont répondu à l'appel du collectif Faucheurs de chaises ce samedi matin pour dénoncer l'évasion fiscale. Ils ont bloqué pendant une heure et demie la banque BNP Paribas sur la place Jean-Macé. L'agence a fini par fermer.

"On a réussi à fermer l'agence, on est extrêmement content." Sylvine Bouffaron, du mouvement Action non-violente Cop 21, ne contient pas sa satisfaction. Ce matin dès 10h, alors que la place Jean-Macé accueillait son marché, une cinquantaine de militants ont occupé les lieux de la banque BNP Paribas. L'établissement avait préalablement fermé son accès aux guichets aux clients. Certains militants, déguisés en "fraudeurs", avec champagne et liesses de faux billets se sont adonnés à une "cocktail party pour célébrer les paradis fiscaux". Les autres demandaient quant à eux à l'État "de mettre fin à ce système d'évasion fiscale".

Ce n'est pas la première fois que la BNP de Jean-Macé est visée par les faucheurs de chaises. L'année dernière, ils étaient moins nombreux pour dénoncer le manque à gagner financier que représente l'évasion fiscale pour les politiques de développement durable.

 

Cette manifestation intervient dans le cadre d'une mobilisation nationale de deux jours, partout en France. En tout, une cinquantaine d'actions sont prévues, pour fermer tour à tour les banques BNP. Le mouvement se centralise sur les réseaux sociaux, à travers les hashtags #FaucheursDeChaises et #occupyBNP. Des photos et vidéos de banques occupées à Paris, Toulouse, Lille, Angers et même l'île de la Réunion se sont ainsi propagées. "Nous avons réussi à mobiliser plus de 1000 citoyens ce week-end, c'est vraiment hallucinant" se réjouit Sylvine Bouffaron.

"Procès de l'évasion fiscale" le 9 janvier

Le collectif Faucheurs de chaises comporte plusieurs associations parmi lesquelles Action non-violente Cop 21 ou Attac France. Il revendique des "actions non violentes de désobéissance civile" afin de dénoncer l'évasion fiscale, et d'appeler au financement de la transition écologique et sociale. "Chaque année, 60 milliards d'euros échappent au budget public à cause de l'évasion fiscale" rappelle le collectif dans un communiqué.

Les actions contre la BNP ont démarré le 2 novembre dernier. Elles visent également à soutenir Jon Palais, militant du collectif. Ce dernier est poursuivi par la banque pour "vol en réunion". Un vol de chaises, une action symbolique pour pointer du doigt les enseignes suspectes d'évasion fiscale. Le procès de Jon Palais aura lieu à Dax le 9 janvier prochain. Le collectif et les associations ont appelé à "maintenir la mobilisation" jusqu'au "procès de l'évasion fiscale", rassemblement festif où sont attendus des personnalités comme Edgar Morin, Eva Joly ou encore Gérard Filoche.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut