docks 40

Les Docks 40 en dissolution judiciaire

Le célèbre restaurant-boîte de nuit de la Confluence est sous le coup d’une dissolution judiciaire pour mésentente entre ses associés, Jean-Christophe Larose, patron du groupe immobilier Cardinal, et Christophe Mahé, à la tête du groupe de radio Espace Group.

Le 17 février dernier, comme le révélait Lyoncapitale.fr, le tribunal de commerce de Lyon révoquait Sylvain Larose de la gestion des Docks 40, un restaurant-boîte de nuit de la Confluence.

Sylvain Larose n'est autre que le frère du patron du groupe immobilier Cardinal, Jean-Christophe (en photo). Et ce dernier est actionnaire des Docks 40, aux côtés de Christophe Mahé, président du groupe de radio Espace Group, dont le siège surplombe l'établissement de nuit.

Révoquer un dirigeant est un fait extrêmement rare. Selon les termes mêmes du jugement du tribunal de commerce, Christophe Mahé s'est étonné de "la forte baisse de 10 % du chiffre d’affaires et [des] résultats juste à l’équilibre financier de 2012 [comparés aux] 416 000 euros en 2011". Dit autrement, où passe l'argent ?

Brigade financière

Lyoncapitale.fr dévoilait aussi que des auditions très discrètes avaient été conduites par la brigade financière de la police judiciaire de Lyon sur le fonctionnement des Docks 40.

Ce jeudi, l'avocat Philippe Genin, mandaté par l'administrateur judiciaire (les Docks n'ont plus de gérant à ce jour), confie à nos confrères de Tribune de Lyon (dont Christophe Mahé et Jean-Christophe Larose sont actionnaires de la société éditrice, Rosebud) qu'il va demander la dissolution judiciaire de la société. Raison invoquée : "la mésentente des actionnaires, qui paralyse le fonctionnement" des Docks 40.

Une jurisprudence en la matière existe. Selon un arrêt rendu le 19 mars 2013 par la chambre commerciale de la Cour de cassation, une société peut se voir contraindre à la dissolution judiciaire pour mésentente entre les associés à condition que soit prouvée la paralysie du fonctionnement de la société.

Selon Me Genin, quarante emplois sont en jeu aux Docks 40.

> Pour aller plus loin : Confluence, enquête ouverte sur le promoteur de Collomb

à lire également
Dans l'industrie et les services, l'activité a repris et semble se rapprocher de son rythme normal en Auvergne-Rhône-Alpes, note la Banque de France dans sa dernière enquête. Seule l'hôtellerie-restauration marque encore le pas.
1 commentaire
  1. grandlyonnaise - 16 octobre 2014

    j'espère que l'enquête s'étend collatéralement aux soutiens de LAROSE, son pote de l'époque, naturellement élu et franc-maçon, qui lui a ouvert la porte de Confluence dans des conditions étonnantes - mais doit on s'en étonnerPour le contribuable lyonnais, tout vient à point pour qui sait attendre, et tout se révèle avec le temps Certains devraient déjà faire savoir vers quelle variété vos leurs préférences en matière d'oranges

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut