FdG kem one

Le Front de gauche au côté de Kem One

Des élus Front de gauche des régions Paca et Rhône-Alpes ont décidé de soutenir les salariés de cette entreprise de pétrochimie qui est placée en redressement judiciaire depuis le 27 mars 2013.

Cette ancienne filière vinylique d'Arkema a été cédée pour un euro symbolique à Gary Klesh, un homme d'affaires anglo-américain dirigeant d'un groupe financier spécialisé dans le reprise d'entreprises en difficulté. Depuis ce rachat, en juillet 2012, la société Kem One ne voit pas de perspectives d'avenir. Pis, aujourd'hui 1 300 salariés risquent de perdre leur emploi.

7 repreneurs potentiels se sont manifestés

Selon la préfecture du Rhône, il y aurait dans ces repreneurs trois fonds d'investissements, un ancien cadre du groupe Elf-Atochem, un ex-responsable de Kem One à Saint-Auban, un grand groupe européen et la CGT qui envisage un consortium réunissant du public et du privé. Pour Jérôme Guillemin, délégué syndical central CGT de Kem One, "l'Etat doit rentrer dans le capital à hauteur de 35 % [minorité de blocage] pour éviter de se retrouver dans la situation d'aujourd'hui avec des voyous de la finance à la tête de nos sociétés".

Ces propositions ne sont pour l'instant que des "lettres de marque d'intérêt", la date des dépôts de candidature a été repoussée au 5 juillet afin de permettre d'affiner les offres de reprise.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut