Nounous voile © Tim
© Tim Douet

Laïcité : faut-il aussi interdire le voile chez les nounous ?

Alors que le Gouvernement annonce la création de 200 000 places en crèche et chez les assistantes maternelles, Lyon Capitale-le mensuel pose la question du statut de ces nounous. Jeudi 6 juin, l’Assemblée nationale doit débattre de la neutralité religieuse dans la sphère privée et les établissements accueillant de jeunes enfants. Visant ces nounous de plus en plus nombreuses à porter le voile.

Où placer le curseur entre liberté individuelle et liberté collective, sphère privée et sphère publique ? Ce jeudi 6 juin, une proposition de loi du groupe UMP, sur la liberté religieuse dans les entreprises et les associations, doit être débattue à l’Assemblée nationale. Point de départ de cette volonté d’élargir le principe de neutralité religieuse ? L’affaire Baby-Loup, un conflit judiciaire à rebondissements entre une crèche et une employée voilée. Question posée : peut-on interdire le voile dans un cadre régi par le droit privé ?

La Cour de cassation a répondu non. Mais certains y voient un vide juridique et la nécessité de légiférer. C’est le cas du PRG, dont une proposition de loi (soutenue par le député lyonnais Thierry Braillard) pourrait être débattue à l’Assemblée dans la foulée du texte de l’UMP. Son but : étendre l’interdiction du voile aux assistantes maternelles. Une interdiction qui toucherait quasiment une nounou sur deux à la Croix-Rousse…

-----

Évolution du principe de laïcité depuis dix ans, statut et réactions des assistantes maternelles, repères législatifs, choix des parents…, l’enquête de Lyon Capitale-le mensuel de juin soulève toutes les questions posées par cette proposition de loi, avec l’éclairage de Luce Dupraz, experte auprès de la commission d’accueil des jeunes enfants du Rhône et auteure de Baby-Loup, histoire d’un combat.

Lyon Capitale n°723 est en vente en kiosques depuis le 31 mai, et dans notre boutique en ligne.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut