Eglise-St-Rambert-6
@ Yvan Archenault

L'église de Saint-Rambert profanée : la consternation du diocèse de Lyon

L'église a subi d'importantes dégradations dans la nuit du 27 au 28 novembre dernier. Le prêtre de la paroisse a déposé plainte pour vol. Le Diocèse de Lyon s'est indigné d'un tel acte qui a jeté un vif émoi chez les fidèles catholiques.

"C'est un voisin qui a remarqué au matin que la porte était fracturée", raconte le père Pirrodon, le prêtre de la paroisse, visiblement toujours ému quinze jours après les faits. Plusieurs objets liturgiques ont été dérobés comme des calices.

Mais c'est surtout l'ouverture du tabernacle qui a le plus offensé et meurtri le prêtre et les fidèles. Les Saintes Espèces (le pain et le vin changés en corps et en sang du Christ par le prêtre) ont été jetées au sol. " Un acte qui blesse le coeur de la foi des catholiques" écrit le diocèse de Lyon sur son site. L'autel de marbre a été aussi fracturé ainsi que l'autel de la Sainte Vierge.

"On est triste, cela fait mal de voir que l'on s'attaque à un lieu de culte qui est avant tout un lieu de paix", indique le père Pirrodon.

Un vol pour dégrader

Une plainte pour vol et dégradation a été déposée auprès de la police. Le prêtre regrette que le motif pour profanation ne peut être retenu car il concerne que les dégradations des sépultures. "Nous vivons dans un monde où il n'y a plus rien de sacré", lance-t-il, presque amer. Les enquêteurs ont bien sûr procédé à leurs habituelles recherches notamment en matière d'empreintes. "On ne sait vraiment pas qui a pu faire cela. Mais sincèrement, pour moi, ce vol relève réellement de la dégradation volontaire. Des voleurs d'objets d'art ou de métaux auraient pris aussi les patènes", fait remarquer le prêtre.

Une messe de réparation

Le diocèse de Lyon organise une messe dite de "réparation" ce vendredi 14 décembre à partir de 20h30. Il condamne "avec la plus grande fermeté ces actes inacceptables". Les autorités religieuses musulmane et juive ont été invitées. Le grand rabbin de Lyon a envoyé un mot de soutien à la paroisse en indiquant qu'il était indigné par ces dégradations.

à lire également
Police lyon
Ce mardi, deux jeunes de 16 et 18 ans ont obligé un passant à retirer de l’argent sous la menace d’un couteau avant de l’asperger de gaz lacrymogène et de lui dérober son téléphone. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut