Kilian Caillaud  : "Chimie des polymères et chimie supramoléculaire" #MT180

Kilian Caillaud, étudiant à l'Université Claude Bernard Lyon 1, fait partie des 13 finalistes lyonnais du concours "Ma thèse en 180 secondes". Il proposera une synthèse de ses recherches sur la synthèse et la caractérisation de polymères dynamiques glycosylés à effet antibactérien. Suivez en direct sa présentation en 3 minutes le 23 mars 2021 à partir de 18 heures en cliquant ici ou sur le compte facebook de l'Université de Lyon (@UdLUniversitedeLyon). 

Cette semaine, Lyon Capitale vous présente les 13 candidats lyonnais au concours international "Ma thèse en 180 secondes".

Le candidat

Kilian Caillaud

Son établissement

Université Claude Bernard Lyon 1

Thématique de son sujet de thèse

Chimie des polymères / Chimie supramoléculaire

Intitulé de son sujet de thèse

Synthèse et caractérisation de polymères dynamiques glycosylés à effet antibactérien

Son parcours en 5 dates

2013-2015 : Classe préparatoire à Nantes et confirmation de mon intérêt et de ma passion pour la chimie
2017 : Semestre à l’Université de Copenhague et premiers pas dans la synthèse de molécules thérapeutiques
2018 : Stage de fin d’études dans une entreprise de solutions pharmaceutiques contre le diabète, acquisition d’un gros intérêt pour la physicochimie et la chimie supramoléculaire dans un but thérapeutique
2018 : Diplômes d’ingénieur en chimie de l’INP-ENSIACET et de master de l’Université de Toulouse III
2018-Maintenant : Doctorat à l’Université Claude Bernard Lyon 1

L’objet de sa thèse en 3 lignes

L’objectif de cette thèse est d’essayer d’empêcher une bactérie très nocive et multirésistante aux antibiotiques (P. aeruginosa) de s’installer confortablement dans notre corps. Pour cela, nous cherchons à développer des molécules permettant de l’envelopper et de la couper du monde.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

La chimie thérapeutique est vraiment un sujet qui me tient à cœur, j’adore comprendre comment des molécules se plient et interagissent les unes avec les autres pour former des systèmes complexes (le fonctionnement du corps humain par exemple). C’est donc tout naturellement que je me suis tourné vers la synthèse de molécules dans un but thérapeutique.

Pourquoi souhaitiez-vous participer au concours “Ma thèse en 180 secondes” ?

La vulgarisation scientifique m’a toujours passionné, depuis mon enfance (Merci à Fred et Jamy), et j’ai toujours souhaité pouvoir moi aussi apporter ma contribution au partage des connaissances, parfois obscures, au grand public. L’impact de la vulgarisation dans la société est, je pense, très important car cela peut éveiller des vocations ou simplement aider à la compréhension du fonctionnement du monde qui nous entoure.

Comment appréhendez-vous cette finale ?

Après avoir vécu la joie d’être en finale l’année dernière, puis une grande déception suite à l’annulation de celle-ci à cause du contexte actuel, j’ai vraiment hâte d’y être pour l’édition de cette année, et avec encore plus de motivation !

Faire défiler vers le haut