Kem One : report de la décision au 18 décembre

Le tribunal de commerce de Lyon a reporté sa décision à mercredi 18 décembre sur l'avenir du groupe chimique qui emploie 260 personnes à Saint Fons, et 1 300 en France.

Inquiets, les syndicats occupaient leur entreprise depuis deux jours. Au plus fort du piquet de grève ce jeudi, ils étaient 70 à St-Fons, selon Didier Chaix, délégué CGT qui parle de "60 à 70 % de grévistes" sur le site du sud de Lyon. L'outil de production a été maintenu "à marche très réduite" précise le syndicaliste, "pour ne pas endommager les stocks".

Ce soir, les salariés ont été heureux d'apprendre le report de la décision du tribunal au 18 décembre. Une nouvelle audience aura lieu ce jour là, et le tribunal rendra son délibéré le 20 décembre, soit le vendredi avant Noël, comme l'a promis le représentant de l'Etat, Jean-François Carenco.

Les conditions suspensives sont levées

Bonne nouvelle selon le syndicaliste, les conditions suspensives à la reprise sot levées. Elles ne l'étaient pas encore hier soir, mais elles l'ont été ce jeudi, au matin de l'audience, ne laissant pas le temps au tribunal de les "digérer" ce qui l'a décidé à reporter, logiquement, sa décision. L'Etat s'est ainsi engagé sur 125 millions d'aides sous forme de prêts et d'avances. Total, Arkéma et EDF ont abandonné leurs créances ou les ont échelonnées. Enfin, les fournisseurs ont revu leurs contrats d'approvisionnement en vapeur, en éthylène, ainsi qu'en gaz et en électricité.

Le 20 décembre, le tribunal dira maintenant qui des deux repreneurs encore en lice il choisit entre le fonds d'investissement américain Opengate Capital et l'industriel français Alain de Krassny.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut