Interpellés pour préparer un attentat en lien avec Rachid Kassim

Ce mardi 21 février, trois interpellations ont eu lieu à Clermont-Ferrand, Marseille et dans le Val-de-Marne. Les trois suspects auraient été mis en lien sur les réseaux sociaux par le roannais Rachid Kassim, récemment ciblé par une attaque de drone américaine dans la zone irako-syrienne.

Tandis qu'un testament sonore attribué à Rachid Kassim était diffusé la semaine dernière par plusieurs chaînes djihadistes suite à l'annonce de sa mort par le Pentagone, le nom du recruteur de Daech originaire de Roanne apparaît de nouveau dans un projet d'attentat déjoué ce mardi par les services de renseignement. Selon BFM TV, les trois suspects interpellés par la DGSI ce mardi seraient âgés de de "30, 27 et 19 ans" et aurait été placé sous surveillance par les renseignements français dès cet automne. Très actifs sur les réseaux sociaux, les trois suspects ne se seraient jamais rencontrés en personne selon la chaîne d'information en continu. Lors des perquisitions, des armes factices d'airsoft, une grenade à plâtre et un gilet tactique seront découverts, indique la chaîne, avant de préciser que les trois suspects auraient été en lien avec Rachid Kassim sur les réseaux sociaux.

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.
Faire défiler vers le haut