IL PLANTE FEMME ET ENFANTS

Un manche et une lame de couteau de cuisine reposent sur le lit de la chambre. L'appartement est désert.
Les trois victimes, gravement blessées, se sont réfugiées chez le voisin de pallier. Abba*, 44 jours, souffre d'une fracture du tibia, d'une contusion pulmonaire, de nombreuses ecchymoses au visage et d'un traumatisme crânien. Naddîa*, 8 ans, a l'avant-bras fracturé et les muscles sectionnés. Quant à Samia, la maman du nourrison et la soeur aînée de la fillette, elle porte plusieurs coups de couteau au cou, dans le dos et sur les mains. Lakhdari Amrani est interpellé, à deux pas de l'immeuble : "ma femme m'a trompé".

Petit retour en arrière. L'auteur des faits s'installe en France au cours de l'année 2000. Fin 2003, il rencontre la famille Moussaoui. Quelques mois plus tard, l'homme se marie avec leur fille Samia. Le couple emménage à Genay, et le 20 septembre 2004, naît Abba.
C'est précisément autour du bébé que se cristallise toute la haine du père. Abba n'est pas de lui. Pour punir son épouse, il la réveille à 6h du matin et lui plante un couteau dans la gorge, frappe à nouveau au même endroit et continue dans le dos. La fillette tente d'intervenir et est blessée. Selon les rapports de police, Lakhdari a alors pris le bébé face à lui par la gorge avec ses deux mains, l'a jeté à terre avant de l'écraser avec son pied gauche.
Un rapport d'expertise psychiatrique concluera que " la responsabilité de la jeune femme (est) largement engagée dans cette affaire ", " son mariage (s'étant) fait sur des bases truquées puisqu'elle avait manipulé l'époux à des fins strictement personnelles sans l'informer de sa grossesse ". De là à tenter de mettre fin à la vie de deux personnes...

*Prénoms d'emprunt.
Cour d'assises. 2, rue de la Bombarde. Lyon 5e. Lundi 29, mardi 30, mercredi 31. 9h30

à lire également
Faire défiler vers le haut