Ceremonie suede 25072011
©Muriel Chaulet/Ville de Lyon

Hommage lyonnais aux victimes norvégiennes

L'hymne norvégien a retenti ce lundi matin dans la cour de l'hôtel de ville de Lyon. 150 personnes, la mine grave, ont rendu hommage aux victimes du double attentat commis à Oslo et Utoya vendredi 22 juillet. Récit.

Le sénateur-maire de Lyon et le consul honoraire de Norvège, Yves Hunckler, accompagné de ses deux jeunes fils étaient présents ce lundi matin dans la cour de l'hôtel de ville. A 11 heures, ils se sont recueillis devant deux gerbes de fleurs apposées contre le mur ouest de l'édifice. Ils ont d'abord entendu l'hymne national norvégien suivi de La Marseillaise avant de prononcer chacun un discours à l'attention de l'assemblée de 150 personnes, anonymes et salariés de la Ville de Lyon, venus les écouter, après l'émoi suscité à Lyon par le double attentat norvégien de vendredi.

"Je suis trop jeune pour avoir jamais entendu l'hymne norvégien diffusé dans de pareilles circonstances" a déclaré, ému, Yves Hunckler derrière ses lunettes fumées. "La Norvège est habituellement un pays tranquille, s'est expliqué le consul, mais malheureusement, il y a toujours des individus qui s'égarent" a-t-il ajouté, faisant référence à Anders Behring Breivik, l'auteur des deux attaques meurtrières perpétuées vendredi. Le consul a terminé son allocution en remerciant toutes les personnes qui ont envoyé des messages de soutien à la Norvège via le site Internet du consulat ou de l'ambassade.

"Un avertissement"

Le maire de Lyon, épaulé par une quinzaine d'élus dont Thierry Braillard, adjoint aux sports, Richard Brumm, délégué au finances et Evelyne Haguenauer, chargée du travail de mémoire, a d'abord retracé les faits qui ont conduit au "carnage", aux "immeubles dévastés" vendredi dernier à Oslo et Utoya. Il a parlé d'un "crime atroce" dans un silence de plomb, seulement troublé par le bruit de la fontaine dans la cour de l'hôtel de ville. Le maire de Lyon a rappelé enfin les dangers "d'une idéologie nébuleuse ressassée qui se répand sur l’Europe" et qui, "au nom de la défense de la race, amène des jeunes perdus d'esprit à commettre l'ignominie". Il a fini en analysant cet événement comme un "avertissement et une invitation à combattre toutes les idéologies qui veulent faire renaître la haine" en Europe. "Un encouragement à travailler à la paix entre les peuples" a estimé le sénateur-maire.

Chacun s'est ensuite dispersé en silence et notamment un jeune militant socialiste croisé à la sortie de l'Hôtel de ville, les yeux embués. Raphaël Picard qui participe chaque a été à des camps de jeunes socialistes en France a raconté être encore "bouleversé" par les événements norvégiens. "Ces camarades étaient là-bas pour réfléchir à un monde meilleur. L'Europe s'abimant avec la montée de l'extrême droite, ils essayaient de trouver des solutions, cela aurait pu arriver n'importe où", s'est inquiété le jeune homme. Un livre d'or a été mis à disposition à la mairie de Lyon pour tous ceux qui souhaiteraient laisser un message à la mémoire des victimes norvégiennes.

http://www.norvege.no/

http://www.lyon.fr/vdl/sections/fr/

à lire également
Toutes les semaines, des postes pour le déploiement de la fibre optique ne sont pas pourvus. Face à ce secteur en tension, l'École de la 2e chance accueille à Lyon "Les plombiers du numérique". Une vingtaine de jeunes ont débuté leur formation, avec à la clé, les perspectives d'un emploi. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut