Grippe A : Lyon est-elle prête face au H1N1 ?

Enquête sur une grippe qui fait peur. (Article paru dans le numéro de septembre de Lyon Capitale)

L'heure H1N1 a sonné. Les initiales aux 50 millions d'entrées sur Google sont sur les lèvres de tout le monde. Pas un jour sans H1N1. La tranquillité publique est mise à mal. H1N1, ennemi public nème1.

A tel point qu'on redoute plus que jamais l'arrivée des premiers frimas, et la grippette habituelle, 100 000 cas annuels dans le département et 1 à 2 cas mortels, ne fait plus rire du tout. Les Hospices civils de Lyon (HCL) ont même, c'est une première, publié une étude d'impact de la pandémie du virus.

"L'idée, explique Nicolas Voirin, co-auteur de la thèse avec Philippe Vanhems, est d'avoir une idée de l'ampleur de la pandémie grippale de façon à s'organiser au mieux".

Bien entendu, il s'agit de statistiques à prendre avec des pincettes. Selon les scénarios les plus acceptables, dans le Rhône, entre 250 000 et 600 000 personnes pourraient contracter le virus, augurant de14 000 à 33 000 hospitalisations.

Science-fiction ou hallucination ?
Le nombre de morts ? Les chercheurs ne s'avancent pas. Mais si l'on prend les chiffres de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui table sur un taux d'attaque du H1N1 de 30 % de la population, on pourrait s'aventurer à conjecturer 600 décès dans le Rhône, et 2 millions dans le monde. Ou plus, ou moins.

A vrai dire, personne ne sait. Car si le virus mute et se recombine avec d'autres virus d'origines animale ou humaine... Le scénario est digne d'un film de science-fiction. Anticipation, psychose ? "Chaque responsable politique est terrorisé à l'idée qu'on lui reproche de n'avoir rien fait, les traces de la canicule, du sang contaminé ou de la vache folle étant encore très présentes dans les esprits" analyse le Dr Emile Olaya, secrétaire général de l'Union régionale des médecins libéraux de Rhône-Alpes.

En tout cas, leur réactivité sera au cœur de la réussite, ou pas, de la lutte contre la propagation de la pandémie qui pourrait, en outre, désorganiser massivement la vie économique et sociale, tuer en masse. Mais ce n'est qu'une éventualité.

Cliquez ici pour accéder à notre dossier spécial sur la grippe A lien

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut