Chantier du Grand Parilly © Léa Dubuc
Chantier du Grand Parilly © Léa Dubuc

Grand Parilly : ça chauffe entre Michèle Picard et Yves Blein

Le député LREM du Rhône, Yves Blein s'est exprimé, jeudi dernier, à propos du projet de Grand Parilly en le qualifiant de "milliers de mètres carrés commerciaux." Michèle Picard, la maire de Vénissieux, a vivement réagit à ces déclarations.

Jeudi dernier avait lieu la visite du projet de Grand Parilly pour faire un point sur l'avancée des travaux. Yves Blein, député LREM de la 14e circonscription du Rhône, n'avait pu être présent lors de l'événement. Il s'est alors exprimé sur Facebook en qualifiant le projet de "milliers de mètres carrés commerciaux". Michèle Picard, maire de Vénissieux, rappelle alors que Grand Parilly "a été imaginé comme un lieu de vie, pas simplement un quartier d’affaires, ou une immense zone commerciale."

Sur sa page Facebook, le député du Rhône déclarait : ""éclosion officielle" du Grand Parilly : Leroy Merlin, Ikea, des commerces, des restaurants, un hôtel, des logements… Il aura fallu attendre plus de 10 ans pour voir éclore ce nouveau quartier. Une bonne nouvelle même si ces milliers de m2 commerciaux transférés vont probablement conduire à des soucis monumentaux de circulation pour les riverains. On aurait pu espérer beaucoup mieux pour Vénissieux..." Ces propos ont piqué au vif Michèle Picard, puisqu'elle estime que cette déclaration est "méprisante pour tous les partenaires impliqués". "Le projet de Grand Parilly détient en effet un pôle commercial avec les enseignes Leroy Merlin et Ikea, mais aussi plus de 1000 logements (en locations libres, des logements sociaux, des résidences étudiantes, probablement même un EHPAD, ainsi que 6 hectares d'espaces publics arborés", précise la maire. Pour Michèle Picard "réduire la description de ce futur quartier de vie à "des milliers de mètres carrés commerciaux alignés le long du périphérique est bien méprisant pour le travail de tous les partenaires impliqués, publics et privés. C’est aussi très loin de la réalité."

à lire également
Députés du Rhône à l'Assemblée nationale en 2017 © Tim Douet
Nicolas Hulot les a ciblés en démissionnant. Les lobbys tentent, à coups de millions d’euros, d’influer sur les lois. Ils ont su s’adapter aux avancées de la transparence dans les zones grises où ils s’épanouissaient. Les cadeaux ou avantages en nature ont cédé la place aux “éléments de langage”. L’efficacité n’en a que peu pâti. Surtout que les députés s’accommodent bien de leur présence. Les ennemis des lobbys dénoncent une “captation du débat démocratique”. Lyon Capitale s’est penché sur le rapport de nos députés à ces groupes de pression aux moyens colossaux.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut