Fumée libre au 203

Paradoxe, Christophe Cédat, son patron avait créé il y a huit ans le premier café sans tabac. Depuis ce mercredi 2 janvier 2008, les clients du 203 sont autorisés à griller une sèche mais pour participer à une expérience artistique. Leurs cendres et mégots sont conservés, photographiés pour créer des objets d'art qui témoignent de leur tabagie : des cendriers décorés (pièces uniques), des dessus de table. La clientèle est avertie dès l'entrée par un panneau que si cela ne lui plait pas, on lui conseille d'aller voir ailleurs. Christophe Cédat sait qu'il se met hors-la-loi. Il professe se battre pour la liberté artistique et sociale, contre la dictature de l'hygiénisme. Paradoxe Nème 2 : il ne fume pas.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut