Vue aérienne de l’institut (au centre) et du musée Lumière (à droite). A gauche, les terrains de sport où Thierry Frémaux voudrait construire la Cité du cinéma [à partir d'une capture d'écran Google Map]
Vue aérienne de l’institut (au centre) et du musée Lumière (à droite). A gauche, les terrains de sport où Thierry Frémaux voudrait construire la Cité du cinéma [à partir d’une capture d’écran Google Map]

Frémaux relance l'idée d'une Cité du cinéma à Lyon

Si Lyon est le berceau du cinéma, la ville n'a toujours pas de grand lieu emblématique dédiée au septième art. Thierry Frémaux, directeur de l'Institut Lumière a choisi de remettre l'idée d'une Cité du cinéma sur le tapis. 

À Lyon, les amateurs de septième art n'ont pas d'autre choix que de traverser les Alpes et d'aller à Turin pour voir un grand lieu dédié au cinéma. Un comble dans la ville qui a vu naître les premiers films des frères Lumière. Depuis trois ans, le directeur de l'Institut Lumière, Thierry Frémaux, milite activement pour que Lyon ait sa Cité du cinéma. Le projet a de solides bases et serait construit en partie sur les parkings à côté de l'Institut, l'architecte Renzo Piano a même déjà travaillé sur des visuels.

En 2018, Thierry Frémaux confiait qu'il permettrait d'avoir une deuxième salle, mais aussi des espaces d'exposition : “On a notre petit musée, cet écomusée qui marche très fort, mais on pourrait dédier les lieux à la photographie et mettre le cinéma dans un grand musée sur le territoire intact des anciennes usines Lumière. Les frères Lumière, c'est le cinéma, mais aussi la photo ! On récupérerait ainsi notre double origine.”

Dans une interview donnée à nos confrères du Petit Bulletin, Thierry Frémaux relance son idée d'une extension de l'Institut : "Après les élections, nous reprendrons les discussions. Nous avons beaucoup avancé avec Gérard Collomb, puis David Kimelfeld ou encore Étienne Blanc pour la Région. L’œcuménisme de l’Institut Lumière ! Un partenaire privé a financé l’étude de Renzo Piano qui a fait des propositions puissantes. Le projet existe désormais, il sera grand public, patrimonial, il sera économe et quasi auto-financé. Mais il faut le construire. Nous sommes bien sûr à la disposition des pouvoirs publics". Le message est lancé !

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut