FRANCOIS-MICHEL RICHIARDI ET LES 3 MOUSQUETAIRES DU NET

Durant cinq semaines, deux portraits de créateurs qui ont réussi le pari de devenir leur propre patron.

A l'image de D'Artagnan et de ses compères, le PDG et les trois associés de Numéo veulent être les justiciers d'Internet.

François-Michel Richiardi croit à un ordre juste pour Internet. En créant Numéo en 2004 avec trois associés, il a tout simplement décidé de s'attaquer à la fracture numérique, en amenant l'Internet haut débit à 30 euros dans les campagnes françaises. A la base de cette philosophie, des technologies alternatives et une innovation : des relais qui fonctionnent comme la radio avec une petite antenne chez le particulier et des bornes émettrices au bout du réseau adsl. "Fonceur-calculateur", comme il se définit lui-même, Richiardi et ses trois mousquetaires d'associés sont partis à la conquête de ce marché de niche, abandonné par les opérateurs. Et ça marche. Depuis son lancement il y a trois ans, Numéo compte 3500 abonnés dans 300 communes et multiplie son chiffre d'affaire par cinq chaque année. "Si on avait écouté les professionnels des Télécoms, on n'aurait rien fait". Courageux mais pas téméraire, le leader de l'Internet rural a su toutefois s'entourer d'investisseurs. Mais il a juré que les quatre de Numéo resteraient toujours indépendants.

à lire également
C’est officiel, Safran a choisi Feyzin pour implanter sa prochaine usine, aidé dans sa décision par le tapis rouge que l’État et les collectivités locales ont déroulé. Au terme d’une route pavée de rivalités politiques, de concurrence internationale et de bonnes intentions, 25 millions d’euros de deniers publics ont été débloqués pour attirer l’industriel. Un effort considérable qui pose la question suivante : jusqu’où les pouvoirs publics sont-ils prêts à aller pour réindustrialiser la région ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut