rhonexpress

Facebook : Rhônexpress sous le feu des critiques

Mécontents de la cherté du tram rouge, les Internautes expriment leur colère sur des forums de discussion. Certains regrettent feu la navette, d'autres appellent au boycott.

"Rendez-nous le Satobus". Sur Facebook, les Internautes se lâchent. A peine rentrés de vacances, ils ne décolèrent pas contre le prix exorbitant dont ils ont dû s'acquitter en prenant le tramway Rhônexpress, reliant la Part-Dieu à St-Exupéry. Hubert A. immortalise même, nostalgique, son dernier voyage sur la navette, le 2 août, postant la photo sur la Toile.

1 arrondissement desservi au lieu de 3, 2 stations de métro au lieu de 5

"Le 9 août 2010, l'ancien bus réalisant la même mission partira à la retraite. Nous trouvons que c'est bien dommage voilà pourquoi ! Parce que je n'ai pas envie de payer plus cher mon ticket de tram (25 euros A/R) que mon billet d'avion EasyJet. Parce que les 2e, 7e et 8e arrondissements ne seront plus en accès direct depuis l'aéroport (il ne restera que le 3e). Parce que le Satobus desservait 5 stations de métro, contre 2 pour le RhonExpress. Parce que la plupart des autres villes proposent 2 modes de transports alternatifs (rapide en train ou tram ou métro et plus lent en bus)", expose ce groupe qui compte 44 personnes. Franck M. fait le compte : 13 euros pour Part-Dieu/St-Ex (22km) ; 20,49 euros St-Ex/Londres Gatwick (720 km). Un comparatif bien cruel pour le tram du Département ! Et l'Internaute de conclure, ironique : "Je vais demander a EasyJet d'ouvrir une ligne Part-Dieu aéroport".

Est-ce au contribuable de payer ?

"De toute évidence chez Véolia transport, on préfère un seul passager à 13€, que dix fois plus à 5€. La mise en service du Rhonexpress, ne va pas bouleverser mes habitudes d’utilisation du P5 (ndlr : le nom du parking)", indique, grinçant, François B., dans un post laissé sur le groupe "En attendant un Rhônexpress abordable" (33 membres). Ce voyageur "très régulier" assure ne jamais avoir payé plus de trois euros "pour ce genre de liaison dans une autre ville européenne (Berlin, Madrid, Rome, Vienne et bien d’autres)".

D'aucuns viennent cependant au secours du tram rouge. Samy R. souligne que le pôle multimodal de la Soie rend St Exupéry facilement accessible par les habitants du 6e, Villeurbanne, Vaulx, Décines. Certains rappellent que le prix du ticket correspond au coût réel du service. A la différence des TCL, Rhônexpress ne bénéficie pas de subventions publiques de fonctionnement, même si l'intégralité de l'investissement a été assumé par le Département, le délégataire ne supportant que le risque d'exploitation. "Vous préférez que ce soit le contribuable local qui paye pour les déplacements d'hommes d'affaires étrangers et autres vacanciers déserteurs, ou que ce soit ceux qui le prennent effectivement qui en subissent le coût ?", lance Antoine A. "En tant que contribuable local, cela ne me dérange pas de payer pour que des hommes d'affaires et des touristes viennent dans ma ville y développer l'activité économique. Par contre, cela me dégoûte de devoir lâcher 23 euros pour pouvoir utiliser une des infrastructures de ma ville", lui répond Thibaud V.

"Boudons le tram de luxe"

"Je ne connais aucun autre endroit ou a été supprimé le transport en autocar, afin d'abuser d'un monopole. La plupart des aéroports en Europe continuent de faire jouer la libre concurrence, entre le rail et le bus. Une vague odeur de corruption flotte", accuse Mark S. "Rhônexpress se permet de pratiquer des prix si élevés car ils pensent avoir le monopole sur la ligne. Prouvons-leur le contraire, boudons le tram de luxe pour qu'ils se décident à le rendre abordable", suggère le fondateur du groupe. Nicolas S. propose de créer un site internet "mettant en relation des gens qui veulent se rendre à l'aéroport en taxi".

Antoine Autour du Monde avance une autre alternative : le bus low-cost. Il donne même le nom d'une compagnie étrangère qui pourrait assurer ce service : Terravision. Ce globe-trotter promeut aussi le covoiturage. Et comme il le dit lui-même, une quinzaine d'offres de ce trajet sont déjà disponibles sur covoiturage.fr, pour deux ou trois euros. Un monsieur offre même la course. Une concurrence impossible pour le tram du Département.

Lire aussi :

Rhônexpress : une des navettes les plus chères d'Europe

Rhônexpress : un lancement en fanfare et quelques couacs

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut