rhonexpress

Facebook : Rhônexpress sous le feu des critiques

Mécontents de la cherté du tram rouge, les Internautes expriment leur colère sur des forums de discussion. Certains regrettent feu la navette, d'autres appellent au boycott.

"Rendez-nous le Satobus". Sur Facebook, les Internautes se lâchent. A peine rentrés de vacances, ils ne décolèrent pas contre le prix exorbitant dont ils ont dû s'acquitter en prenant le tramway Rhônexpress, reliant la Part-Dieu à St-Exupéry. Hubert A. immortalise même, nostalgique, son dernier voyage sur la navette, le 2 août, postant la photo sur la Toile.

1 arrondissement desservi au lieu de 3, 2 stations de métro au lieu de 5

"Le 9 août 2010, l'ancien bus réalisant la même mission partira à la retraite. Nous trouvons que c'est bien dommage voilà pourquoi ! Parce que je n'ai pas envie de payer plus cher mon ticket de tram (25 euros A/R) que mon billet d'avion EasyJet. Parce que les 2e, 7e et 8e arrondissements ne seront plus en accès direct depuis l'aéroport (il ne restera que le 3e). Parce que le Satobus desservait 5 stations de métro, contre 2 pour le RhonExpress. Parce que la plupart des autres villes proposent 2 modes de transports alternatifs (rapide en train ou tram ou métro et plus lent en bus)", expose ce groupe qui compte 44 personnes. Franck M. fait le compte : 13 euros pour Part-Dieu/St-Ex (22km) ; 20,49 euros St-Ex/Londres Gatwick (720 km). Un comparatif bien cruel pour le tram du Département ! Et l'Internaute de conclure, ironique : "Je vais demander a EasyJet d'ouvrir une ligne Part-Dieu aéroport".

Est-ce au contribuable de payer ?

"De toute évidence chez Véolia transport, on préfère un seul passager à 13€, que dix fois plus à 5€. La mise en service du Rhonexpress, ne va pas bouleverser mes habitudes d’utilisation du P5 (ndlr : le nom du parking)", indique, grinçant, François B., dans un post laissé sur le groupe "En attendant un Rhônexpress abordable" (33 membres). Ce voyageur "très régulier" assure ne jamais avoir payé plus de trois euros "pour ce genre de liaison dans une autre ville européenne (Berlin, Madrid, Rome, Vienne et bien d’autres)".

D'aucuns viennent cependant au secours du tram rouge. Samy R. souligne que le pôle multimodal de la Soie rend St Exupéry facilement accessible par les habitants du 6e, Villeurbanne, Vaulx, Décines. Certains rappellent que le prix du ticket correspond au coût réel du service. A la différence des TCL, Rhônexpress ne bénéficie pas de subventions publiques de fonctionnement, même si l'intégralité de l'investissement a été assumé par le Département, le délégataire ne supportant que le risque d'exploitation. "Vous préférez que ce soit le contribuable local qui paye pour les déplacements d'hommes d'affaires étrangers et autres vacanciers déserteurs, ou que ce soit ceux qui le prennent effectivement qui en subissent le coût ?", lance Antoine A. "En tant que contribuable local, cela ne me dérange pas de payer pour que des hommes d'affaires et des touristes viennent dans ma ville y développer l'activité économique. Par contre, cela me dégoûte de devoir lâcher 23 euros pour pouvoir utiliser une des infrastructures de ma ville", lui répond Thibaud V.

"Boudons le tram de luxe"

"Je ne connais aucun autre endroit ou a été supprimé le transport en autocar, afin d'abuser d'un monopole. La plupart des aéroports en Europe continuent de faire jouer la libre concurrence, entre le rail et le bus. Une vague odeur de corruption flotte", accuse Mark S. "Rhônexpress se permet de pratiquer des prix si élevés car ils pensent avoir le monopole sur la ligne. Prouvons-leur le contraire, boudons le tram de luxe pour qu'ils se décident à le rendre abordable", suggère le fondateur du groupe. Nicolas S. propose de créer un site internet "mettant en relation des gens qui veulent se rendre à l'aéroport en taxi".

Antoine Autour du Monde avance une autre alternative : le bus low-cost. Il donne même le nom d'une compagnie étrangère qui pourrait assurer ce service : Terravision. Ce globe-trotter promeut aussi le covoiturage. Et comme il le dit lui-même, une quinzaine d'offres de ce trajet sont déjà disponibles sur covoiturage.fr, pour deux ou trois euros. Un monsieur offre même la course. Une concurrence impossible pour le tram du Département.

Lire aussi :

Rhônexpress : une des navettes les plus chères d'Europe

Rhônexpress : un lancement en fanfare et quelques couacs

à lire également
Rhônexpress
Les revenus de Rhônexpress ne devraient pas se tarir en 2018. Dans un communiqué, le service de navettes entre Lyon Part-Dieu et l’aéroport Saint-Exupéry se réjouit d’avoir battu un record de fréquentation.
9 commentaires
  1. jerome manin - 23 août 2010

    A l'approche des élections cantonales, les socialistes qui rêvent d'étendre leur pouvoir au département (la seule collectivité locale qui leur échappent) utilise leur seul argument universel, la critique aveugle... Ainsi, Rhônexpress n'étant pas fait et gérer par le Régime Collomb et sa clientèle, c'est donc mauvais.

  2. M. Pignon de lyon - 23 août 2010

    La semaine de parking à l'aéroport 45€ minimum (P5). Tout est fait pour taxer un max profitant de la non conccurence. Bravo la CCI pour cette gestion, les taxes d'aéroport ne sont pas donnée non plus. Ou va tout cet argent? on peut se poser des questions sur l'efficacité de la gestion par la CCI

  3. jerome manin - 23 août 2010
  4. M. Pignon de lyon - 23 août 2010

    Merci pour l'info, l'article bien détaillé et montre les responsabilités de chacun. C'est pas la création d'une société annexe qui va diluer la responsabilité, surtout que la CCI a son mot à dire et l'etat aussi vu le % de part de chacun

  5. romain blachier - 23 août 2010

    Les quelques formules qui permettent d'alléger légèrement le prix du billet (qui reste de tout de façon assez lourde ) sont hélas un peu rigide: Le prix tombe à 11 euros (ce qui n'est toujours pas donné mais est déjà un peu moins lourd) par voyage si on achète un carnet de 6 mais celui-ci est à consommer dans les trois mois, ce qui n'est pas forcément le rythme de la plupart des usagers.A noter, petite consolation, la gentillesse et la disponibilité du personnel à bord.

  6. romain blachier - 23 août 2010

    Ah j'oubliais, en matiére d'autopartage, la chose étant mentionnée dans l'article, le site mentionné dans l'article est je confirme extrêmement complet et sympathique.Il y a aussi les sites locaux comme celui la http://www.covoiturage-lyon7.fr/

  7. enzo - 23 août 2010

    Avez vous déjà pris le satobus depuis l'aeroport en direction de Lyon lorsque plusieurs vols étaient arrivés dans un même laps de temps? C'était la ruée (voir parfois limite le pugilat) pour pouvoir monter et beaucoup restaient sur place avec leurs bagages en attendant l'arrivée du prochain bus 20mn plus tard. Ceci dit, effectivement le prix est cher comparé aux autres villes européennes.

  8. M. Pignon de lyon - 24 août 2010

    Enzo tu n'es pas le seul à l'avoir utilisé. Pour info j'etais semaine dernière dans une grande ville européenne, la liaison entre la ville et l'aéroport se faisait par bus (une 20aine de km), le cout est de 8 euros AR, Pour info la ville est une ville du nord de l'europe. La fréquence des navettes est adaptée suivant les heures de pointes et le nombre de vol. C'est pas parce qu'on avait un service pas totalement adapté logistiquement qu'il faut le remplacer par un service totalement inadapté financièrement.

  9. Lumière - 24 août 2010

    'la seule collectivité locale qui leur échappent' Le millo-geek Manin est toujours aussi bon en orthographe et toujours aussi sujet aux délires paranoïaques.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut