nucléaire

Énergie : les particuliers appelés à réduire leur consommation d'électricité

La combinaison du manque d'électricité produit en France et de la baisse des températures entraîne une saturation de la consommation sur le réseau français.

En raison de la baisse des températures, la consommation d’électricité sera élevée ce lundi 4 avril et pourrait atteindre 73 000 mégawatt (MW) vers 9h. La production d’électricité devrait être, dans le même temps, de 65 000 MW. Une situation qui conduit RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité français, à recommander aux particuliers et aux entreprises de limiter leur consommation d'électricité demain entre 7h et 10h. RTE assure qu'aucun coupure d'électricité n'est à prévoir - sauf aléas durant ce week-end - car "la France devrait pouvoir importer jusqu’à 11 000 MW". 

Reporter sa consommation ce dimanche

RTE demande aux Français qui le peuvent de décaler leur consommation d’électricité à ce week-end plutôt que lundi en ce qui concerne l’usage d’appareils électroménager (comme les lave-vaisselles ou les lave-linges). "Au travail ou à son domicile, chacun peut agir en effectuant des gestes simples présentés sur le site monecowatt.fr, par exemple en baissant la température de son logement en cas d’absence dans la journée, ou en éteignant complètement ses appareils en veille, voire en limitant le nombre de lumières allumées dans une pièce, etc. Ces gestes peuvent avoir un véritable impact. A titre d’exemple, si tous les Français éteignent une ampoule, cela entraîne une économie de consommation d’électricité de 600 MW soit environ la consommation d’une ville comme celle de Toulouse", avance RTE.

Cette situation, en dehors de la hausse des températures, est dû aussi à la fermeture temporaire de 27 réacteurs nucléaires français pour des raisons d'entretien. Cette situation réduit la production française d'électricité et conduit à en importer.


À voir aussi : "Quand on dit que le nucléaire est une énergie de transition, c'est caricatural" (vidéo)

Michel Simon était l'invité de "6 minutes chrono", le rendez-vous TV quotidien de Lyon Capitale. Il est conseiller et ancien président de la SFEN (Société française d'énergie nucléaire) de Rhône Ain Loire, et actuel secrétaire général de l'association de défense du Patrimoine nucléaire et du climat (PNC).

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut