Droit à l'avortement : Lyon solidaire de Varsovie

Une cinquantaine de Lyonnaises et de Lyonnais étaient réunis ce dimanche soir sur la place des Terreaux pour soutenir les militant(e)s polonais(es) du droit à l'avortement alors qu'à Varsovie, l'arrivée au pouvoir des conservateurs a poussé l'Église et les anti-avortements à faire pression sur le pouvoir politique pour interdire l'IVG.

Des militants pour le droit à l'avortement sur la place des Terreaux

Antoine Sillières
Des militants pour le droit à l'avortement sur la place des Terreaux

"IVG partout, libre et gratuite". Le slogan est inscrit sur un drap noir fixé aux grilles protégeant l'entrée arrière de l'hôtel de ville. "Partout", car si les militants en faveur du droit à l'avortement lyonnais se sont réunis, c'est avant tout par solidarité avec les homologues polonais.

Slogans de militants pour le droit à l'IVG

Antoine Sillières
Slogans de militants pour le droit à l'IVG

Depuis l'arrivée au pouvoir du parti conservateur Droit et justice (Prawo i Sprawiedliwosc en VO, PiS en version courte), en effet, ces derniers craignent un retour en arrière concernant le droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG). L'Église catholique et les militants du droit à la vie font pression en ce sens, alors que les élus du PiS sont majoritaires au Parlement.

A noter que si le droit à l'avortement existe dans ce pays très catholique, il est très restreint par rapport à d'autres pays européens. L'IVG n'est légale qu'en cas de malformation avérée de l'embryon, de grossesse dangereuse pour la santé de la mère ou de l'enfant, ou si la grossesse résulte d'un viol.

Le cintre en fer symbole des avortements clandestins

Affiche de militants pour le droit à l'IVG

Antoine Sillières
Affiche de militants pour le droit à l'IVG

D'où la présence de cette cinquantaine de militant(e)s massés sur la place des Terreaux ce dimanche soir à la tombée du jour donc. Devant eux des phrases chocs en pagaille. Sur des draps des cartons, des affichettes. Tout autour, les militants ont disposé des cintres en fer, outils des "faiseuses d'anges" et symbole des avortements clandestins.

Les militants polonais du droit à l'avortement dénoncent notamment l'hypocrisie de l'interdiction de l'IVG qui ne laisse d'autre choix aux femmes désireuses d'avorter que de se rendre dans un pays qui l'autorise ou de le faire clandestinement. Et dans ce dernier cas, les conditions d'hygiène sont rarement optimales.

"Avortements clandestins, plus jamais ça", pouvait-on lire sur certaines affichettes de la place des Terreaux, les militants français apportant ainsi leur soutien à leur homologues polonais. "Lyon Varsovie, même combat pour l'IVG", selon certains slogan. Pour rappel, en France, l'IVG est légale depuis le 19 janvier 1975 et l'entrée en vigueur de la loi Simone Weil

à lire également
La préfecture a décidé d'abaisser les vitesses maximales autorisées dans la métropole de Lyon mais n'a pas choisi d'instaurer la circulation différenciée pour cause de Fête des lumières et de mouvements sociaux. 
1 commentaire
  1. inesP - 3 octobre 2016

    Bravo, Fallait oser un tel tire ! Lyon solidaire ! avec 50 personnes sur 500.000 !?!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut