Disney+ en France, pourquoi il y aura des déceptions

Disney a officialisé l'arrivée de son service de vidéo à la demande en illimité en France. Concurrent de Netflix, Disney+ sera lancé le 31 mars 2020 avec un catalogue qui pourrait faire quelques déçus. Explications.

Bande-annonce à l'appui, Disney+ annonce son arrivée en France le 31 mars 2020. Ce service de vidéo à la demande en illimité vise à concurrencer Netflix en se reposant sur l'immense catalogue que possède Disney. Films d'animation classiques, univers Marvel, Star Wars, la firme aux grandes oreilles est en mesure d'avoir une force de frappe inédite en matière de contenu. On ignore pour l'instant le tarif, mais aux Pays-Bas, l'abonnement mensuel sera proposé à 6,99 euros. L'application permettant d'accéder aux contenus sera proposée via plusieurs plateformes comme Apple iOS ou Android. Il n'est pas encore prévu que les opérateurs proposent Disney+ via leur box, mais la situation pourra toujours évoluer.

Une chronologie à respecter

Dans la bande-annonce de lancement, un détail interpelle ceux qui ont l'habitude des contraintes légales des services de streaming en France. Disney dévoile des images de films qui ne pourraient pas être proposés dès le 31 mars à l'image de Captain Marvel (sortie en 2019) comme Thor Ragnarok (25 octobre 2017). En effet, en France, les plateformes de vidéo à la demande sont soumises à la chronologie des médias. Cette dernière a évolué en 2019. Elle explique pourquoi Netflix ne sort pas ses films au cinéma dans l'hexagone, mais directement sur sa plateforme, pour que ses abonnés puissent en profiter le plus rapidement possible. Disney+ va devoir respecter cette même chronologie qui est la suivante : un film peut être proposé 17 mois après sa sortie en salle sur une plateforme de vidéo à la demande en illimité en cas d'accord avec la branche professionnelle du cinéma et financement de la création française et européenne, 30 mois en cas d'investissement dans la création "locale", ou 36 mois s'il n'y a aucun accord de cette sorte (à titre de comparaison, la diffusion à la télévision gratuite est autorisée 22 mois après la sortie d'un film en salle).

Les derniers Avengers absents

Disney+ n'a fait aucune annonce dans ce sens, précisant simplement que certains contenus ne seront pas disponibles partout en même temps. Ainsi, c'est la règle des 36 mois qui pourrait être en vigueur dès le lancement, avec l'impossibilité de regarder des films comme Captain Marvel, Avengers Infinity War et Endgame, le dernier Toy Story, ou Thor Ragnarok. Le service pourra toujours compter sur ses créations originales comme la série The Mandalorian, basée dans l'univers de Star Wars, pour pouvoir proposer du contenu frais. Cependant, comme Netflix, dès que la firme sortira un film en salles dans l'hexagone, ses abonnés devront attendre au maximum trois ans pour en profiter sur sa plateforme. Une exception française qui pourrait nourrir quelques déceptions et voir le piratage se porter toujours aussi bien.

 

à lire également

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut