Dans les coulisses de Lyon Cap'

Nos deux premiers lyonnais de l'année. Deux univers qui ne se croisent jamais : la politique et le sport. Du moins : qui ne se parlent pas. Mais ces deux là avaient quelque chose à se dire. " J'ai été l'un des premiers à interviewer Benzema, il y a cinq ans ", se souvient Razik, " il n'a pas changé, toujours aussi simple, timide ". Quant à Najat Belkacem, elle sait mettre les gens à l'aise. " C'était une vraie rencontre, quelque chose de magique ". Ils vont se revoir.

Les Lyonnais de l'année
Un marronier d'hiver depuis dix ans. " C'est la première fois qu'on trouve autant de renouvellement, notamment dans la politique " remarque Anne-Caro. Beaucoup de femmes, pas besoin de se creuser la tête pour en trouver. Deux thèmes marquants : la politique et le sport. D'où Benzema et Belkacem. Anne-Caro : " On a épluché tous les journaux de l'année, puis j'ai demandé aux journalistes de me faire des propositions ". Les critères : avoir marqué l'année 2007 mais aussi être en mesure d'impacter l'année qui vient. On a hésité entre Nathalie Perrin, une des cartes maîtresses de Collomb pour les municipales et Najat Belkacem. Finalement on a choisi Najat. Un bon cru.
Tout en chiffres
Guillaume Lamy n'en revient pas : 17 milliards de dollars, c'est le chiffre d'affaires annuel de Lafarge, une " petite " entreprise de l'Ardèche créée en 1833 qui vient de racheter Orascom pour 10,2 milliards (dettes comprises) et qui devient le Nème mondial du ciment. Deux euros, c'est le prix du ticket de bus bientôt. Guillaume a fait le calcul, sous le septennat de Rivalta les TCL se seront pris entre 2 et 36 % d'augmentation selon les formules. Bien au delà de l'inflation. " Ca commence à gueuler, même aux TCL ".

Zoë place Bellecour
Anne-Claire et Razik ont croisé la manif de soutien à l'association l'Arche de Zoë. Drôle d'impression. Malaise. Ces gens parlent d'humanisme et se pensent au-dessus des lois. Ils veulent sauver des enfants malgré eux ? A l'occasion d'un papier sur l'adoption Anne-Claire a découvert le vrai business qu'il y a derrière. Certains parents déboursent jusqu'à 25 000 euros.

Les glaneurs
Laurent Burlet est allé glaner. En fin de marché, dans les poubelles et les cagettes abandonnées, après le départ des forains. Pour se mêler aux punks à chiens et aux mémés sans le sou et voir comment ça se passe. Ca se passait bien, tranquille, du moins avant le plan 'marché propre'. Là il faut fouiller direct dans les poubelles ; Laurent les voit récupérer de bananes, du raisin, des poivrons, des salades. Mais la veille Laurent a tapé le buffet du forum mondial sur la démocratie participative : grand traiteur, blanquette de veau délicieuse. Deux mondes.
Manifounettes
Et puis il y avait la manif des lycéens. Des lycéens qui se battent contre l'expulsion de leurs copains, Laurent aime bien : " ça gueulait, c'était sympa ! " Ils ont expédié ça en une demi-heure, arrêt devant la préfecture compris. Et les chercheurs de Lyon 2. Pas une manif, un happening. Chacun portait une pancarte avec une lettre pour passer le message : sauvons la recherche. Mouaip. " Une ambiance bon enfant, mais sur un fond de tristesse, de fin de mouvement ". Tout se tasse.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut