© AdrianHancu

Coronavirus : comment fonctionne l’arrêt de travail "immédiat" pour Covid-19

Depuis ce dimanche 10 janvier, le gouvernement a simplifié la procédure pour obtenir un arrêt de travail en cas de symptômes du coronavirus ou pour les personnes cas contacts.

Le Premier ministre Jean Castex l’avait annoncé le 7 janvier, l’arrêt de travail "immédiat" en cas de symptômes du Covid-19 ou pour les cas contact recensés par l’Assurance Maladie est, depuis ce dimanche, en vigueur. Le but est d’isoler le plus rapidement possible les personnes potentiellement touchées par le Covid-19. La mesure doit être maintenue jusqu’au 31 mars minimum.

Une démarche simplifiée

Concrètement, plus besoin d’aller chez le médecin en cas de symptôme pouvant s’apparenter à la maladie. Les salariés du public ou du privé qui ne peuvent pas télétravailler pourront se déclarer en ligne sur declare.ameli.fr ou declare.msa.fr. Un justificatif à remettre à leur employeur leur sera transmis.

Les personnes concernées devront se faire tester sous 48h

Ensuite, les personnes concernées devront réaliser un test antigénique ou PCR dans un délai de 48h. Une fois le test effectué, ils doivent se reconnecter à leur déclaration pour indiquer l’heure et le lieu du test. Si ce dernier est négatif, l’arrêt de travail s’interrompt, s’il est positif l’arrêt de travail se poursuit pour une durée totale de 7 jours. Au cas où les symptômes persisteraient au-delà de 7 jours ou de test négatif, il faudra se rendre chez le médecin. Pour les personnes en télétravail, le passage chez le médecin reste obligatoire.

Les salariés indemnisés à 99 %

Le salarié sera indemnisé à 99 % de son salaire net sans délai de carence, selon le ministre de la Santé Olivier Véran, interrogé par France Info. Un moyen de s’assurer que les Français ne continuent pas à se rendre au travail malgré des symptômes de Covid-19.

Quels dispositifs de contrôle ?

Pour parer à d’éventuelles fraudes, l’Assurance maladie doit appeler deux à trois fois les salariés durant la durée de l’arrêt de 7 jours. Jean Castex a ajouté qu’à partir du 20 janvier, la visite à domicile par un infirmier sera proposée.

Faire défiler vers le haut