Confluence : le premier îlot à énergie positive en France

Au bord de l’eau, à la Confluence, les trois bâtiments appelés “Hikari”, qui regroupent des logements, des commerces et des bureaux, sont complètement autonomes en énergie. Une première en France.

Ce jeudi, Gérard Collomb éprouvait une certaine fierté à inaugurer le bâtiment Hikari, donnant sur la darse de la Confluence, le maire de Lyon étant pourtant peu sensible aux problématiques environnementales.

Un chauffage à l’huile de colza

Cet îlot “mixte” de 12 800 m2, composé de trois bâtiments à usage de bureaux, commerces et logements, est estampillé “énergie positive”. C'est-à-dire qu'il produit, sur une année, une quantité d'énergie supérieure à sa consommation.

Techniquement, l'édifice produit, grâce à sa centrale de cogénération à l'huile végétale et à ses panneaux photovoltaïques, 139 kWh/m2/an, alors que sa consommation ne dépasse pas 129 kWh/m2/an. Le refroidissement des locaux se fait via une machine à absorption et l'utilisation de la géothermie.

L’exemple lyonnais

Déjà commercialisé, l'immeuble de bureaux est occupé par le cabinet Deloitte. Vendus entre 5 300 et 6 000 euros/m2, les 32 logements ont également trouvé acquéreurs. Le montant du projet mené par Bouygues Immobilier et Toshiba, en partenariat avec le Grand Lyon, atteint 63,5 millions d'euros.

Gérard Collomb, qui ne rate jamais une occasion de mettre en avant l'exemple lyonnais, espère que cette "première" sera reprise en France et à l'étranger : "Les émissions de gaz à effet de serre deviennent problématiques pour toutes les grandes villes. On peut donc imaginer qu'Hikari sera transposable à d'autres agglomérations", conclut-il.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut