Circulation à Lyon la nuit © Tim Douet
© Tim Douet

Circulation différenciée à Lyon, ZFE : qui osera cette solution ?

Nouvel épisode de pic de pollution à Lyon avec la mise en place de la circulation différenciée. Néanmoins, comme pour la ZFE, les contrôles resteront réalisés par les policiers. Une autre solution existe, mais qui osera la porter ?

Les Français qui se sont rendus à Turin ou Milan en voiture ont parfois eu la surprise de recevoir quelques mois plus tard une amende d'une centaine d'euros pour avoir circulé dans la ZTL (Zona a Traffico Limitato ou zone à trafic limité). En Italie, plusieurs villes ont choisi de réserver leur centre-villes aux riverains ou aux véhicules les moins polluants pour préserver la qualité de l'air et le calme. Le processus de verbalisation est entièrement automatisé, grâce à un réseau de caméra.

Des contrôles qui reposent sur des moyens humains à Lyon

À Lyon, que ce soit la zone faibles émissions (ZFE), interdite aux véhicules professionnels les plus polluants ou lors des épisodes de circulation différenciée, les contrôles sont réalisés par les forces de l'ordre sur le terrain. Dans les deux cas, ceux qui ne respectent pas les mesures risquent une amende de 68 euros pour les véhicules légers et 135 euros pour les poids lourds. Même si la baisse du trafic est près de 10 % et que la diminution des émissions de NO2 de 6 %, il suffit pourtant de se promener en ville pour constater que certains tentent leur chance et circulent malgré les interdictions.

À la manière des villes italiennes, la solution la plus efficace reste donc la mise en place de contrôle automatique, un réseau de caméras vidéo à toutes les entrées de la ville, et axes importants capables de lire les plaques d’immatriculation, de repérer si le véhicule est autorisé et, si ce n’est pas le cas, de déclencher l’envoi d’une amende à l’adresse du propriétaire.

Une histoire de volonté politique ?

Avec un réseau de caméras, libre ensuite aux futurs élus de monter le curseur de la ZFE et d’interdire certains véhicules particuliers, les plus polluants, comme les vieux diesels, par exemple. Par ailleurs, si la récente loi Mobilités a suspendu toute idée de péage urbain, ces caméras permettent sa mise en place. Tout est alors possible : péage de transit (seuls ceux qui traversent Lyon sans s’arrêter payent), péage restrictif, voire péage incitatif avec la possibilité d’encourager financièrement ceux qui covoiturent, les caméras pouvant également compter le nombre de personnes à l’intérieur du véhicule.

À l'occasion de cette campagne pour les élections municipales et métropolitaines, si le "vert" est à la mode, les candidats se font discrets sur cette possibilité d'avoir un maillage de caméras pour faire respecter la ZFE ou la circulation différenciée. L’outil est désormais fiable et éprouvé, la suite n’est que volonté politique.

à lire également
À l'occasion du match opposant l'Olympique lyonnais à la Juventus de Turin (1 - 0), plusieurs spectateurs se sont rendus au stade avec des masques par peur du coronavirus. Mais l'immense majorité des masques portées était inefficace et inutile. 
4 commentaires
  1. JANUS - 22 janvier 2020

    La vie des véhicules hors catégorie est comptée.

  2. JANUS - 23 janvier 2020

    En 2021, qu'adviendra-t-il des véhicules hors critères 2 et 4 roues des particuliers ? On attend une réponse rapide.

  3. Galapiat - 23 janvier 2020

    il ne faut pas oublier les véhicules transportant des personnes à mobilité réduite souvent avec des moyens limités financièrement, Mais c'est vrai on s'en fout quand on achète des Peugeot à 35.000€ pour la région

    1. gintonic - 23 janvier 2020

      oui c'est sûr, tous ces gens qui paralysent la ville à 17h seuls dans leur SUV sont à mobilité réduite...

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut