©Julien Barletta

Cérémonie du 11 novembre : "à Lyon la mémoire nous environne"

Une cérémonie de commémoration et un dépôt de gerbe au monument aux morts de Lyon a eu lieu vendredi 11 novembre. Le maire de Lyon et le préfet du Rhône étaient présents.

En souvenir aux morts pour la France durant la Première Guerre mondiale, Grégory Doucet et Pascal Mailhos, préfet du Rhône se tenaient aux côtés de divers corps d'armée. La cérémonie de commémoration de l'armistice avait lieu vendredi 11 novembre à l'entrée du Parc de la Tête d'Or, porte des enfants du Rhône. Au programme, remise de médailles, allocutions et dépôt de gerbes. Pour les 104 ans de l'armistice, la ville de Lyon a une nouvelle fois rendu hommage aux 2 000 000 de soldats morts pour la France entre 1914 et 1918 (sans les disparus, sans les soldats coloniaux, et sans les morts de la grippe Espagnole).

L'évènement a débuté avec la prise d'armes de plusieurs corps d'armée. Le maire de Lyon est ensuite arrivé aux côtés du préfet du Rhône pour assister à la remise de plusieurs décorations militaires. Des lycéens de Tassin la Demi Lune ont lu un texte rendant hommage et remerciant les soldats pour leur sacrifice devant toute l'assemblée. Grégory Doucet et Pascal Mailhos ont eux aussi tenu à s'exprimer. L'un au nom de la ville de Lyon, l'autre au nom du gouvernement. Le cortège s'est ensuite dirigé vers l'île du Souvenir pour procéder à un dépôt de gerbe devant le monument aux morts.

L'importance du devoir de mémoire

Tous les intervenants de la cérémonie ont souligné l'importance du devoir de mémoire. La Première Guerre devait être la "der des der" mais la paix n'a pas duré longtemps avant que la guerre ne reprenne sur le sol européen. Se souvenir de ces soldats, de leur sacrifice c'est aussi se rappeler les horreurs de la guerre pour espérer la paix. "À Lyon, la mémoire nous environne, elle est dans nos murs", rappelle Grégory Doucet en citant les rues et les places commémorant la guerre de 14-18.


"À Lyon, la mémoire nous environne, elle est dans nos murs", rappelle Grégory Doucet


L'accent est aussi mis sur les conflits actuels. Un hommage est rendu aux soldats décédés récemment dans les différentes opérations de l'armée française. À l'heure où un conflit à lieu en Ukraine proche des frontières de L’Otan, le maire a tenu à rappeler qu' "en 1940, ce n'est qu'une allumette qui a embrasé tout le continent." Un devoir de mémoire qui s'inscrit donc dans des enjeux bien plus rapprochés dans le temps.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut