Broliquier interpelle Collomb sur l'Hôtel-Dieu

A la veille de l'annonce du nom de l'opérateur lauréat pour la reconversion de l'Hôtel-Dieu, Denis Broliquier (divers droite) a lancé jeudi 28 octobre un appel au maire de Lyon, Gérard Collomb, à préserver la vocation humaniste de l'Hôtel-Dieu et obtenir des garanties auprès des investisseurs.

"Je lance un appel solennel au maire de Lyon pour lui demander de ne pas abandonner l'Hôtel-Dieu aux investisseurs et pour qu'il garde sa vocation humaniste," a déclaré Denis Broliquier, maire divers droite du 2e arrondissement et membre du comité de pilotage pour la reconversion de l'Hôtel-Dieu, à la veille de l'annonce de l'opérateur choisi. Celui-là même qui aura la gestion demain de 40 000 m2 en Presqu'Ile d'un patrimoine à rénover et à transformer.

Le maire du 2 arrondissement a rappelé que le principe des services hospitaliers quittant l'Hôtel-Dieu avait déjà été établi en 1990. "Gérard Collomb ne s'en est pourtant pas saisi lors de son premier mandat et ensuite, tout s'est précipité dans le second mandat. Je regrette qu'il ait vécu cet appel à projets comme un fardeau et non comme une opportunité pour sa ville".

"Collomb doit exiger de l'investisseur des garanties"

Toutefois, Denis Broliquier pense à l'avenir. Il a exigé de Gérard Collomb qu'il demande des garanties à l'investisseur retenu et pas seulement en termes de préservation du patrimoine : "il faut veiller au respect des équilibres, aux types d'activités qui s'installeront, pour qu'elles soient en cohérence avec les autres commerces et l'environnement."

Denis Broliquier redoute un fiasco comme sur le quartier Grôlée (2e arr.), où le projet d'un centre commercial de luxe à ciel ouvert reste au point mort depuis deux ans, tuant la dynamique du quartier. Il met en garde : "le cahier des charges ne donne aucun garde fou. Et seule la logique financière compte. Tout cela ne vise que du court terme, alors qu'il y a une vraie stratégie économique et culturelle à défendre sur ce projet, dans le respect des traditions d'intelligence, de solidarité et de santé. Et tant que le contrat n'a pas été signé, il n'est pas trop tard."

L'élu divers droite demande donc au maire de revenir sur sa position, de s'interroger sur les besoins commerciaux et de travailler dans la concertation, préalablement à la signature d'un quelconque contrat, ayant valeur juridique. Il souhaite aussi que Gérard Collomb change d'avis et qu'il attribue des financements publics aux projets de musée et de pôle régional de promotion de la santé, plébiscités par les Lyonnais. "C'est moi, libéral de conviction, qui me positionne pour encourager les collectivités à accorder des budgets pour les projets de l'Hôtel-Dieu", a-t-il insisté. Réponse de Gérard Collomb vendredi.

Lire aussi : Hyatt, l'enseigne qui fait rêver Collomb

à lire également
La mairie de Lyon a accordé ce lundi une subvention de 1 251 894 euros à l’association Léo Lagrange pour la mise en place d’activités périscolaires. Un choix contesté par Denis Broliquier qui a critiqué le mode de désignation de cette association dont le passé a été mêlé au financement politique du Parti socialiste local.
5 commentaires
  1. lyonnais - 28 octobre 2010

    Peut importe la chienlit qu'il aura mit, ça cera très dur pour ces successeurs.Notre César local essaie au maximum de faire des réalisations même si elle sont mauvaises pour l'avenir de notre cité sachant qu'il sera déboulonné de son siège au prochaine élection municipale de Lyon . En espérant que César collomb vous aura entendu, Mr. Broliquier.

  2. Battling - 28 octobre 2010

    '' Projets de musée et de pôle régional de promotion de la santé, plébiscités par les Lyonnais .... ??????'' Si Lyon Cap dispose d'éléments chiffrés permettant d'étayer le propos, nous sommes preneur. Par ailleurs, la vraie vocation de l'Hôtel Dieu est d'accueillir des patients, pas de leur faire faire un tour au musée qui n'achète que la bonne conscience de quelques médecins peu regardant ... une fois le pin's humanisme décroché.La vraie inclinaison sur ce projet serait à minima de conserver un pôle d'orientation des publics, de conserver des soins - qui ne sont pas rentables et ne le serons jamais - en centre ville. Là cela serait concret, pas de cosmétique.On peut craindre que l'âme de Lyon ne coûte que 150 M d'euros et que le reste n'est que détails, manque d'intérêt pour le dossier.

  3. La rédaction - 29 octobre 2010

    @ Battling. Lisez notre dossier sur le sujet dans le dernier numéro de Lyon Capitale qui vient de sortir en kiosque. Nous revenons sur les résultats d'un sondage réalisé par Opinion Way pour Lyon Capitale.

  4. chandre - 14 novembre 2010

    l hotel dieu doit quitter le perimetre 'patrimoine de l humanite' pour permettre les travaux ainsi que les rues adjacentes

  5. lyonnais - 14 novembre 2010

    Je ne comprends pas votre question comme certainement beaucoup d'autres personnes @chandre. Pouriez-vous nous expliquez ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut