Broliquier interpelle Collomb sur l'Hôtel-Dieu

A la veille de l'annonce du nom de l'opérateur lauréat pour la reconversion de l'Hôtel-Dieu, Denis Broliquier (divers droite) a lancé jeudi 28 octobre un appel au maire de Lyon, Gérard Collomb, à préserver la vocation humaniste de l'Hôtel-Dieu et obtenir des garanties auprès des investisseurs.

"Je lance un appel solennel au maire de Lyon pour lui demander de ne pas abandonner l'Hôtel-Dieu aux investisseurs et pour qu'il garde sa vocation humaniste," a déclaré Denis Broliquier, maire divers droite du 2e arrondissement et membre du comité de pilotage pour la reconversion de l'Hôtel-Dieu, à la veille de l'annonce de l'opérateur choisi. Celui-là même qui aura la gestion demain de 40 000 m2 en Presqu'Ile d'un patrimoine à rénover et à transformer.

Le maire du 2 arrondissement a rappelé que le principe des services hospitaliers quittant l'Hôtel-Dieu avait déjà été établi en 1990. "Gérard Collomb ne s'en est pourtant pas saisi lors de son premier mandat et ensuite, tout s'est précipité dans le second mandat. Je regrette qu'il ait vécu cet appel à projets comme un fardeau et non comme une opportunité pour sa ville".

"Collomb doit exiger de l'investisseur des garanties"

Toutefois, Denis Broliquier pense à l'avenir. Il a exigé de Gérard Collomb qu'il demande des garanties à l'investisseur retenu et pas seulement en termes de préservation du patrimoine : "il faut veiller au respect des équilibres, aux types d'activités qui s'installeront, pour qu'elles soient en cohérence avec les autres commerces et l'environnement."

Denis Broliquier redoute un fiasco comme sur le quartier Grôlée (2e arr.), où le projet d'un centre commercial de luxe à ciel ouvert reste au point mort depuis deux ans, tuant la dynamique du quartier. Il met en garde : "le cahier des charges ne donne aucun garde fou. Et seule la logique financière compte. Tout cela ne vise que du court terme, alors qu'il y a une vraie stratégie économique et culturelle à défendre sur ce projet, dans le respect des traditions d'intelligence, de solidarité et de santé. Et tant que le contrat n'a pas été signé, il n'est pas trop tard."

L'élu divers droite demande donc au maire de revenir sur sa position, de s'interroger sur les besoins commerciaux et de travailler dans la concertation, préalablement à la signature d'un quelconque contrat, ayant valeur juridique. Il souhaite aussi que Gérard Collomb change d'avis et qu'il attribue des financements publics aux projets de musée et de pôle régional de promotion de la santé, plébiscités par les Lyonnais. "C'est moi, libéral de conviction, qui me positionne pour encourager les collectivités à accorder des budgets pour les projets de l'Hôtel-Dieu", a-t-il insisté. Réponse de Gérard Collomb vendredi.

Lire aussi : Hyatt, l'enseigne qui fait rêver Collomb

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut