Avec 40 millions pour OL Land : Mercier aide Aulas et sauve Collomb

Le conseil général entre dans la tempête du futur stade des Lumières. Michel Mercier, le président du département, a décidé de voler au secours de Collomb et d'Aulas pour éviter l'échec du projet. Il veut faire voter une garantie d'emprunt à la Foncière du Montout, filiale d'OL Groupe en charge du stade pour près de 40 millions d'euros.

Rien n'était officiel. Ça l'est subitement devenu ce lundi 19 novembre. Le conseil général du Rhône s'apprête à faire voter une délibération qui valide le principe d'une aide indirecte pour assurer le financement du projet de Stade des Lumières. Un rapport sur une garantie d'emprunt a été distribué ce lundi à tous les conseillers généraux et nous avons pu le consulter. Le président du département du Rhône a décidé de garantir 50 % d'un emprunt obligataire de 80 millions d'euros que va réaliser la société Foncière du Montout, la filiale d'OL Groupe en charge du développement du projet de Grand Stade. Mercier apporte donc sa garantie pour 40 millions d'euros.

La décision a valeur de symbole puisqu'il s'agit de la première étape d'un financement de l'OL Land qui tardait jusqu'alors à venir. Depuis plusieurs semaines, l'inquiétude sur les retards pris par le Stade des Lumières a obligé les acteurs du dossier à s'activer en coulisses pour trouver les solutions au financement du projet. Vinci a promis depuis des lustres d'investir 100 millions d'euros en fonds propres dans la Foncière du Montout mais n'a toujours pas versé un centime. Le géant mondial du BTP espère plus de sécurité juridique pour s'engager dans l'opération.

Vinci attend en effet de voir le dossier purgé des recours judiciaires qui pèsent encore sur le projet. Le 13 décembre prochain, le tribunal administratif se penchera d'ailleurs sur le recours déposé contre le permis de construire du futur stade. Le mois de décembre s'annonce donc crucial pour l'enceinte sportive retenue pour le championnat d'Europe des Nations de 2016.

Secours

C'est Gérard Collomb qui a appelé Michel Mercier au secours pour sauver l'OL Land. Collomb ne pouvait obtenir du Grand Lyon une telle garantie financière. Il n'a pas la majorité au conseil communautaire pour la faire voter.

Sans Michel Mercier, Collomb prenait le risque de faire échouer l'opération et, dans cette hypothèse, de porter la responsabilité d'avoir jeté par la fenêtre près de 170 millions d'euros d'investissement publics déjà consentis pour les abords immédiats du futur stade (Tramway T3, parking, échangeur routier, etc.). Le Stade des Lumières est aussi vital à Jean-Michel Aulas qu'au maire de Lyon. Il en va de sa crédibilité politique à un peu plus d'un an des municipales de 2014. Reste une question, pourquoi Michel Mercier s'est laissé convaincre de sauver Gérard Collomb ?

L'entourage de l'ancien ministre de la justice explique qu'il était insupportable à Michel Mercier de laisser gaspiller des centaines de millions d'euros d'argent public. Nous ne sommes pas obligés de les croire. D'autres hypothèses circulent.

Deal politique

En contrepartie, le président du conseil général aurait réclamé que l'opposition socialiste au sein du département mette la sourdine sur certains dossiers, à commencer sur celui explosif des emprunts toxiques. Thierry Philip, le leader des socialistes au sein de l'assemblée départementale, n'acceptera pas de manger son chapeau et ne se laissera pas dicter sa conduite par Gérard Collomb. Cet accord entre Mercier et Collomb ressemble bien à un deal politique à la lyonnaise où il s'agit de s'entendre avant chaque échéance électorale de la bonne répartition des pouvoirs.

Pour plusieurs élus, Michel Mercier vient ainsi de consolider ses positions au conseil général et pourrait continuer à présider l'assemblée départementale après les élections cantonales de 2015. Chez les socialistes, on envisage même d'exfiltrer Thierry Philip sur un poste de sénateur pour ne pas compliquer la tâche de Mercier.

Du côté de Gérard Collomb est annoncé l'hypothèse d'une participation financière à hauteur de 6 millions d'euros par an dans le futur musée des Confluences en cours d'édification à la pointe de la presqu'île comme l'a expliqué l'hebdomadaire Les Potins d'Angèle la semaine dernière. Conduit par le Conseil général, ce musée des sciences et des sociétés a vu son coût exploser depuis son lancement au début des années 2000. Mais cette possibilité de financement par la ville ou le Grand Lyon est écartée par les bras droit les plus proches de Michel Mercier, la ville de Lyon étant déjà présente au conseil d'administration du musée des Confluences. Cependant, la garantie d'emprunt accordé par le département à Aulas ne conclut pas encore le financement de l'opération qui est estimée à hauteur de 450 millions d'euros.

Refus

Selon nos informations, Jean-Michel Aulas a essuyé le refus de deux banques. Le président de l'OL aurait dernièrement poussé la porte de la Caisse des dépôts et consignations, le bras financier de l'Etat, afin de finaliser son tour de table. Mais entre les transports en commun et l'aménagement des abords du stade, la garantie d'emprunt du conseil général et la sollicitation de la Caisse des dépôts, l'option d'un financement totalement privé du futur stade de l'OL apparaît désormais comme une illusion.

Pour financer son stade, l'Olympique Lyonnais table sur 200 millions d'euros d'emprunts bancaires, 120 millions d'euros de fonds propres et 80 millions d'émission obligataire dont la moitié sont garanties par Michel Mercier. La délibération doit être voté avec l'aide du groupe PS le 30 novembre prochain. D'ores et déjà, les opposants de l'OL Land ont écrit à Michel Mercier pour lui promettre que cette délibération serait frappé d'un recours en référé afin d'obtenir son annulation.

15 commentaires
  1. christian - 19 novembre 2012

    que reste t il de privé à ce stade ? Réponse : - les recettes que la société commerciale cotée en bourse va encaisser et distribuer à ses actionnaires, sans partage, - la culbute immobilière sur un terrain bradé au détriment des contribuables toutes charges d'aménagement et de fonctionnement des accès à son usage exclusif étant supportées par les contribuables Ah il est beau le paysage politique lyonnais

  2. christian - 19 novembre 2012

    et les riverains et contribuables seront, eux, auront été PRIVES d'être écoutés, et par contre ne seront pas PRIVES de fiscalité encore plus alourdie, et nuisances inestiméestout cela pour les Elus lyonnais s'assurent la soupe pour un prochain mandat ..... Nous en sommes où ? à ce niveau là ? il faut le dire, le faire savoir, et

  3. carton rouge - 19 novembre 2012

    Honte à ces politiques qui se compromettent pour du foot.

  4. rémi - 20 novembre 2012

    La situation annoncée par certains apparaît de plus en plus claire à tous : - quelques barons politiques qui s'assurent le pouvoir en s'entendant entre eux, - un homme d'affaires qui s'est jouer en optimisant son investissement, - des fans absolus de foot qui ne voient pas plus loin que le bout de leurs crampons...et des milliers de contribuables qui sont les dindons de cette triste farce !Espérons que les derniers recours puissent stopper cette avanture délirante.

  5. carton rouge - 20 novembre 2012

    Honte à ces politiques cumulards, dépensiers de l'argent public pour sauver leur carrière et qui font perdre le triple A. On comprend pourquoi la dette souveraine atteint 1800 milliards. Pour un projet idiot ils ont déjà beaucoup donner de nos impôts et pour ne pas perdre la face et les elections, il faut donner encore et encore.

  6. Les Gones - 20 novembre 2012

    OL LAND... un projet privé ?Jean-Michel AULAS... un entrepreneur ?Tu parles...Entre le coût pour des accès inutiles et l'engagement financier du Département, tous les lyonnais et les rhodaniens deviennent des P I G E O N S !

  7. Collombitude - 20 novembre 2012

    Le modèle lyonnais en action. Deux lois votées pour satisfaire les intérêts d’un membre de l’oligarchie ploutocratique lyonnaise : la loi Depierre, l’article 28 de la loi sur le tourisme et sa conséquence la DIG. La maffia lyonnaise est en action « Ils monopolisent les postes les plus importants, cumulent les privilèges, et font de l’argent leur principale passion. ILS SE SERVENT DE L’ETAT POUR AIDER LEURS AMIS, FABRIQUENT DES LOIS SUR MESURE POUR LEUR BON PLAISIR ET LAISSENT LE PAYS AUX MAINS DE BANDES RIVALES » Tiré de « L’oligarchie des incapables » par Sophie Coignard, Romain Gubert

  8. FOurs - 20 novembre 2012

    très bon article 'En contrepartie, le président du conseil général aurait réclamé que l'opposition socialiste au sein du département mette la sourdine sur certains dossiers' 'Cet accord entre Mercier et Collomb ressemble bien à un deal politique à la lyonnaise où il s'agit de s'entendre avant chaque échéance électorale de la bonne répartition des pouvoirs' et les commentaires disent le reste… Je propose que les protagonistes garantissent les travaux et leurs résultats sur leurs fonds propres, et soient pleinement responsables dans les années futures ! Sinon on s'engage dans un partage collectif des risques et une privatisation des bénéfices comme d'habitude.

  9. JC - 20 novembre 2012

    Les tâches s'accumulent sur le C.V. de Collomb. Comme quoi, le non-cumul des mandats a ses vertus. Un maire ne devrait pas rester aux affaires trop longtemps.

  10. Sophie_Lyon - 21 novembre 2012

    Honteux par les temps qui courent ! Ce stade est une tâche sur le mandat de Collomb.Le stade, les TCL/Sytral.... marre de ces magouilles. Le CG a mieux à faire, solidarité pour le handicap par exemple.

  11. vox populi - 21 novembre 2012

    Ce projet de stade n'est qu'un prétexte pour enrichir quelques nantis (toujours les mêmes) sur le dos des contribuables et des agriculteurs. Nous ne sommes pas dupes. Hontes aux politicards véreux lyonnais. La justice vous rattrapera un jour ou l'autre. En attendant, nous ferons tout pour bloquer ce projet...cessez de gaspiller nos impots!!! cessez de jeter NOTRE argent par les fenêtres. Belle image de copinage politicard : 'tu me donnes ça, je te donne ça'.Que des magouilleurs! Celà fait longtemps que nous le savons..mais leurs masques tombent...et tomberont encore Mais si!!! Il est encore temps d'arrêter ce projet!!! On a T5 qui nous arrange bien pour eurexpo, ce n'est pas de l'argent gaspillé . On a une voie de tram T3 qui finit dans les champs...bon, ça c'est gaspillé...STOP au MASSACRE!!!!

  12. Martin de Givors - 21 novembre 2012

    ...''Vinci a promis depuis des lustres d'investir 100 millions d'euros en fonds propres dans la Foncière du Montout mais n'a toujours pas versé un centime.Le géant mondial du BTP espère plus de sécurité juridique pour s'engager dans l'opération''... Mais qu'à cela ne tienne, Les DUPONT et DUPONT (MERCIER, COLLOMB)ont encore sévi.Le jumeaux Départemental qui vole au secours de son Jumeaux Lyonnais en échange de quelques prébendes politiques et comme le souligne l'association les Gones pour Gerland:...''Outre le fait que nous tous contribuables allons contre-garantir une opération capitalistique privée, on peut s'interroger légitimement sur deux choses: 1. Comment se fait-il que ce soit le Département du Rhône (et pas la Foncière du Montout) qui nous donne (enfin) le plan de financement que l'on nous promet depuis 4 ans? 2. Pourquoi est-on obligé de justifier ce cautionnement avec des arguments aussi erronés et fallacieux que celui des créations d'emplois?...

  13. lecteur - 21 novembre 2012

    Formidable !!! Voilà que nos impôts vont contribuer à garantir un machin bien privé, qui plus est dans un domaine où l'argent coule à flot.

  14. olsoie - 21 novembre 2012

    Enfin ! Ça devrait faire bouger les choses ! Vivement qu'il soit construit ce stade ^^

  15. freddo - 22 novembre 2012

    Les travaux commencent : c'est vraiment formidable. Vivement que les grues se mettent en place (14 selon mes informations). A très bientôt de vous donner des nouvelles, sinon allez sur le site OLWEB

  16. morfar69 - 3 décembre 2012

    Gardons la tête près de la calculette: SI TOUT VA BIEN : le Gra

  17. morfar69 - 3 décembre 2012

    GARDONS LA TETE PRES DE LA CALCULETTE comme Mr Aulas: SI TOUT VA BIEN : le Grand Stade coute 381 M€ qui sont financés à hauteur de 100M€ par Vinci (au mieux), et 200M€ par les banques (c'est ce que l'on appelle des fonds propres). Il reste tout de même une 'impasse' de 81M€ ! ! MAIS SI TOUT VA MAL : Montant à la charge de la collectivité vertigineux : cout de l'impasse = 81 M€ + cout des infrastructures = 170 M€ + appel de la caution = 40M€ Total = 291M€. N'avons nous pas assez d'UN Mercier ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut