La SPA de Marennes Lyon organise régulièrement des portes ouvertes pour faire connaître son travail et sensibiliser le grand public à la maltraitance animale. Photo d'archives.
La SPA de Marennes Lyon organise régulièrement des portes ouvertes pour faire connaître son travail et sensibiliser le grand public à la maltraitance animale. Photo d’archives.

Animaux : les adoptions reprennent à la SPA de Lyon-Marennes

Les adoptions d'animaux repartent à la hausse au sein du refuge SPA de Lyon-Marennes, après un été marqué par de nombreux abandons sur toute la France.

La Société protectrice des animaux (SPA) dresse un bilan noir de l'été 2022. Entre le 1er mai et le 31 août, les 63 refuges et maisons du réseau SPA en France ont recueilli plus de 16400 animaux. Certes, le chiffre est en légère baisse (-2,7%) par rapport à l'été dernier. Mais cela n'a pas forcément soulagé les refuges, déjà saturés par une baisse des adoptions au premier trimestre 2022 (-9%). Du côté du refuge SPA de Lyon-Marennes, dirigé par Christophe Dumont-Richet, la situation est sensiblement la même qu'au niveau national, même si une reprise des adoptions permet d'être optimiste.

Lyon Capitale : À la sortie de l'été, quelle est la situation du refuge Lyon-Marennes ?

Christophe Dumont-Richet : Aujourd'hui, nous sommes contents car les adoptions ont bien repris depuis mi-août. Comme nous sommes à flux tendu, cette situation nous réjouit car nous pouvons accueillir de nouveaux animaux. Par exemple, hier (samedi 10 septembre, ndlr), nous avons fait 20 adoptions de chats. Les places vides vont être remplies durant toute la semaine. Cela permettra de mettre à l'adoption de nouveaux animaux. Actuellement, nous accueillons une trentaine de chiens et une centaine de chats.

Cette année était-elle différente des précédentes ?

Depuis deux ans, avec le Covid, nous avions des adoptions permanentes et régulières toute l'année. En 2022, nous avons senti une baisse des adoptions en avril-mai, quand approchent les vacances. C'était un retour à ce que l'on vivait avant 2020. Malheureusement, cette baisse intervient aussi au moment où nous sommes le plus sollicités car c'est la saison des portées de chatons et des abandons de vacances.


"La première des responsabilités, c'est de pouvoir assumer la charge financière d'un animal domestique".


Craignez-vous une baisse des adoptions dans un contexte de baisse du pouvoir d'achat des Français ?

On se pose bien sûr plein de questions : d'une part parce que la SPA compte sur les dons et legs pour prendre soin des animaux et pour son fonctionnement. Dans un contexte économique plus obscur, tout ça nous inquiète. D'autre part, parce que la première des responsabilités dans le cadre d'une adoption, c'est de pouvoir assumer la charge financière d'un animal domestique. Il est difficile d'estimer le coût d'un animal, car cela dépend de plein de paramètres. Mais, quand tout va bien, il faut compter un budget de 1000€ à l'année pour les vaccins courants, les vermifuges, une alimentation de bonne qualité. À ça peuvent s'ajouter des accidents ou problèmes de santé impondérables. Il faut aussi compter les consultations d'éducateur canin pour les chiens, ce qui est important pour développer une belle relation avec son animal.

Êtes-vous plus attentifs qu'avant sur la situation financière des adoptants ?

Nous l'avons toujours été et nous continuons de sensibiliser sur ce que cela représente en temps et financièrement. Je n'ai pas peur pour nos placements, mais plutôt pour les futurs abandons d'animaux parce que leurs familles n'auront plus les moyens de s'en occuper. Par exemple, j'ai vu une personne qui rencontre des difficultés de comportement avec son chien. Elle aimerait le faire castrer pour résoudre ces soucis, mais elle n'est pas en mesure de supporter le coût de l'opération. Certes, nous avons à Lyon et Grenoble la chance d'avoir deux dispensaires vétérinaires pour les familles qui ne peuvent pas payer les frais. Mais ils sont déjà sur-sollicités. Il y a énormément de demandes et je crains que cela n'aille en augmentant.


"Un malinois a besoin de plus qu'une balade d'une heure par jour".


La SPA alerte sur un grand nombre de chiens de race "à la mode", type malinois et amstaff, qui se retrouvent dans ses refuges. Est-ce aussi votre cas ?

Nous sommes totalement concernés. Aujourd'hui, quatre abandons sur cinq concernent des staffs et des malinois. Ce sont deux races qui, lorsque leur arrivée dans une famille est mal gérée, développent rapidement des problèmes de comportement. Et les gens ne veulent souvent pas gérer ces problèmes. Ce sont des animaux très bien lorsqu'ils évoluent dans un bon environnement, avec des gens qui répondent à leurs besoins d'éducation, de dépense physique et de dépense mentale. Par exemple, un malinois aura besoin de se dépenser mentalement toute la journée pour être bien. Pas seulement d'une balade d'une heure. Lorsqu'ils arrivent chez nous, ces chiens doivent être rééduqués. Il faut leur trouver une famille qui comprend tous ces besoins.

Au niveau national, la SPA a effectué trois plus d'enquêtes pour maltraitance. Comment ces cas vous sont-ils signalés et que faites-vous ensuite ?

Le signalement doit être fait sur le site internet de la SPA. À réception du signalement, un délégué bénévole enquêteur va vérifier s'il y a maltraitance. Souvent, ce sont plutôt des cas de négligence. On invite alors les propriétaires à améliorer le quotidien des animaux, on essaie de leur faire comprendre qu'ils ont besoin de plus. Mais nous devons nous en tenir au cadre légal : s'il n'y a pas d'infraction, notre rôle s'arrête. On ne peut pas agir sur les nuisances qui découlent de négligence. Dans ce cas, il faut inciter les personnes ayant fait le signalement à entrer en médiation avec leurs voisins. Car souvent, les signalements relèvent de la délation et des problèmes de voisinage. En revanche, quand la maltraitance est avérée, on fait tout pour sortir l'animal de cette situation. Nous sommes obligés de prioriser notre action sur les situations de réelle maltraitance.


Horaires d'ouverture : de 14h à 17h tous les jours de la semaine (dimanche et jours fériés compris), sauf le jeudi. Infos : la-spa.fr

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut