Adriana Karembeu met les élus en alerte

Aucun incident à déplorer samedi sur la place de la République. Pourtant, la présence d’Adriana Karembeu, ambassadrice de la Croix-Rouge venue présenter la formation à la prévention des catastrophes a fait tourner des têtes, notamment chez les élus.

"Soyez prêts à être prêts !" C’est le message que la Croix-Rouge est venue délivrer samedi 11 septembre sur la place de la République, à l’occasion de la Journée mondiale des premiers secours. Et pour porter cette idée, l’association a réuni Gérard Collomb, sénateur maire de Lyon, Nora Berra, secrétaire d’Etat en charge des aînés, Sony Anderson, président d’OL fondation et quelques élus locaux, autour d’Adriana Karembeu ambassadrice de l’organisation depuis onze ans. Une rencontre avec l’ex-mannequin qui n’a visiblement pas laissé le maire de Lyon indifférent. Les yeux brillants et la main tendue hésitante, il s’est présenté à la sculpturale représentante de l’association : "quand je vous vois, je me dis qu’on est peu de choses". Et d’ajouter un peu plus tard, comme un fan de la première heure, "je ne solliciterai d’Adriana qu’une photo ensemble".

Voilà donc l’effet Adriana Karembeu : un parterre d’hommes et de femmes sous le charme. Il faut bien dire que, même affublée d’un gilet orange à bandes réfléchissantes, la jeune femme a captivé les regards et ne laisse pas insensibles les élus, à l’image d’un Michel Havard, d’abord dans spectateur dans l’assistance puis trottinant à travers toute la tente de réception pour apparaître sur la photo officielle. Si Adriana Karembeu fait des émules et focalise les objectifs, elle ne fait pas figure de potiche. Loin de là. Si elle est venue pour l’occasion de Slovaquie où elle réside, ce n’est pas que pour faire de la figuration. "Préparez-vous à être prêts. Initiez-vous aux gestes qui sauvent. Devenez des acteurs de sécurité, c'est vraiment un acte citoyen aujourd'hui", a lancé l'ancien mannequin, au milieu des stands d'information dressés par la Croix-Rouge.

+60 % de catastrophes, 62 % des Français peu concernés

"Aujourd'hui on se retrouve encore plus engagés et motivés pour sensibiliser le public à la formation aux gestes qui sauvent, mais on veut aller encore plus loin pour le sensibiliser à la réduction des risques en cas de catastrophes", a affirmé Adriana Karembeu. C’est donc sur les catastrophes que la Croix Rouge a mis l’accent cette année, qu’elles soient quotidiennes, naturelles ou technologiques. D’après un rapport de 2007, en une décennie, le nombre de désastres aurait augmenté de 60 % et celui des victimes aurait doublé pour atteindre les 1,2 millions de morts. Pourtant, selon une étude menée à l’échelle européenne, 62 % des Français se sentent peu concernés par les catastrophes et seuls 33 % d’entre eux estiment que ces risques sont importants pour leur région.

"Avoir la culture du risque"

Mal informés, peu impliqués, insuffisamment formés aux gestes qui sauvent, ils ne sont pas préparés aux calamités. Tempête Xynthia, inondations dans le Var, explosion de l’usine AZF, l’actualité a pourtant prouvé que ça n’arrive pas qu’aux autres."Il ne s’agit pas de faire régner l’angoisse mais d’avoir la culture du risque", précise Jean-François Riffaud, porte-parole de la Croix-Rouge. Dans l’hexagone, seuls 46 % des Français ont déjà reçu au moins une initiation aux premiers gestes de secours, contre 74 % en Allemagne. "Si la France est un si mauvais élève en Europe, c’est parce qu’on ne prend conscience du risque qu’après y avoir été exposé", analyse Jean-François Riffaud. Pour François Novelli, administrateur national de la Croix-Rouge, "connaître les gestes qui sauvent, c’est quelque chose que les Français ont envie d’apprendre. 71 % de nos concitoyens considèrent avoir besoin de suivre une formation aux premiers secours." Et il y a fort à parier que ce taux atteindrait des sommets si Adriana Karembeu assurait toutes les formations, comme elle l’a fait à Lyon samedi en proposant une initiation à la réduction des risques à des joueuses de l'équipe féminine de l'OL.

à lire également
Eau de Lyon – Champ captant de Crépieux-Charmy © Tim Douet
“Corruption”, “trafic d’influence”, “contrats léonins”... Lorsque l’on évoque le marché de l’eau, les qualificatifs ont la vie dure. Pourtant, depuis dix ans, la situation a évolué. À Lyon, la bataille de l’eau aura bien lieu en 2019 et les acteurs sont déjà positionnés sur un terrain largement transformé.
1 commentaire
  1. jm calther - 13 septembre 2010

    c'est bien que les elus lyonnais viennent. Bientot une formation aux premiers secours obligatoire en France?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut