Deliveroo

À Lyon, les coursiers Deliveroo refusent la récupération du FN

Alors que les livreurs à vélo sont en guerre avec la plateforme depuis plusieurs semaines, un ex-candidat FN à la députation dans le Rhône a relayé sur twitter leurs revendications. Un geste qui n'a pas plus au Club des coursiers, qui défend les droits des livreurs.

"Le mode du travail sans CDI, ce rêve du MEDEF et des Macron-compatibles issus du PS et de LR". C'est le tweet de Damien Monchau qui a déclenché la polémique dimanche dernier. Reprenant dans sa publication l'image du tract distribué par le syndicat de livreurs, il s'est attiré les foudres de ce dernier, qui a aussitôt répliqué pour se désolidariser "de ce genre d'organisation raciste, homophobe, sexiste et anti-ouvrière". Appelé par le club à supprimer son tweet, l'ex-candidat de la 14e circonscription du Rhône ne semble pas avoir accédé aux demandes des livreurs, son message apparaissant toujours sur le réseau social.

 

Plus que ça, il a même invité l'organisation à supprimer ses tweets au nom de la lutte contre le racisme et la haine. Damien Monchau est connu entre autres pour avoir suscité certaines critiques après avoir été épinglé pendant la campagne des législatives en raison de son suivi de la page Suavelos, connue pour l'organisation d'un camp réservé aux Blancs. Un coursier a d'ailleurs répondu à titre personnel au tweet du frontiste : "Gardez votre avis pour vous on préfère manger nos vélos que de voir notre combat récupéré par les fachos".

à lire également
Marion Maréchal-Le Pen, aux Assises du FN, en février 2017, à Lyon © Tim Douet
L’école de sciences politiques de Marion Maréchal-Le Pen ouvrira ses portes en octobre prochain, face à l’hôtel de région. Une expérience présentée comme apolitique et estampillée “vie civile” pour l’ex-députée, qui veut occuper le champ culturel. Et infiltrer au passage les réseaux économiques locaux.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut