alim
Capture d’écran

“Etats généraux de l’alimentation” : les citoyens appelés à participer

Le préfet de région, Henri-Michel Comet, a réuni ce mercredi des parlementaires, une cinquantaine de personnalités du monde agricole, de la transformation et de la distribution et des consommateurs pour échanger dans le cadre des “états généraux de l’alimentation”. Jusqu’à fin novembre, les citoyens sont appelés à contribuer sur un site dédié.

Permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail, accompagner la transformation des modèles de production et privilégier une alimentation saine : voilà quelques enjeux des "états généraux de l'alimentation" souhaités par Emmanuel Macron. En région, le préfet Henri-Michel Comet souhaite contribuer au débat national. Un temps d'échanges a ainsi été organisé avec des acteurs du secteur, des consommateurs et des parlementaires ce mercredi. Trois thèmes ont été discutés en préfecture : l'élaboration d'un prix rémunérateur pour le producteur, la différenciation comme source de valeur et les opportunités à saisir dans l'export et la restauration hors domicile. Dans un communiqué, la préfecture rappelle que "le président de la République a souhaité une concertation la plus large possible pour que toutes les idées pertinentes s'expriment et que les pistes de solution les plus efficaces puissent être identifiées". Pour cela, une consultation publique est en ligne depuis le 20 juillet et jusqu'à fin novembre. Au niveau local, une seconde consultation sera organisée à la préfecture à la fin du mois d'octobre. Les sujets abordés lors de cet échange seront “l'innovation et les besoins d'investissement de l'agriculture et ses filières de transformation”, mais aussi “l'alimentation de proximité, le gaspillage alimentaire ou l'adoption par tous d'une alimentation favorable à la santé”.

à lire également
Le président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes vient d'annoncer un plan Sécheresse pour aider les agriculteurs de la région. Un plan “potentiellement illégal”, selon le groupe PS. L’opposition dénonce “le paradoxe de Laurent Wauquiez”, qui subventionne aussi largement les “canons à neige”.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut