el bulli

Qui veut boire la cave de Ferran Adrià ?

Le chef d'elBulli, Ferran Adrià, met sa cave aux enchères ce soir.

Le pape de la cuisine moléculaire, chef du restaurant expérimental catalan elBulli ("le bouledogue"), à Roses, en Espagne, élu plusieurs fois de suite meilleur restaurant du monde (2002 et de 2006 à 2009), met sa cave aux enchères, ce soir, à New York.

ferran adria ()

C'est la maison Sotheby's qui organise cette vente. En réalité la seconde, une première ayant eu lieu le 3 avril dernier à Honk-Kong. Au total, 8 807 bouteilles.

La vente hongkongaise avait rapporté pas loin de 1,4 million de dollars. Trois bouteilles de Romanée-Conti avaient notamment été adjugées 56 000 euros (photo ci-dessous).

el bulli vins ()

sotheby's

Au cours de cette vente aux enchères, un dîner pour trois personnes, en compagnie de Ferran Adrià himself, avait également été adjugé... 22 130 euros.

Les bénéfices iront à la fondation elBulli, créée par le cuisinier pour permettre à des chefs de venir s'exercer, dès 2014, dans un nouveau restaurant consacré à la recherche de techniques culinaires et de saveurs inédites.

Pour cette seconde et dernière vente, "la plus attendue", selon Sotheby's, 625 lots seront mis aux enchères.

el bulli vins ()

Sotheby's

"L'ingrédient supplémentaire ("the extra ingredient") de ces repas était le mariage intuitif de ces créations avec la séduisante et phénoménalement intéressante carte des vins (...) un enchantement" explique Serena Sutcliffe M.W., chef du département international des vins chez Sotheby's.

625 lots de la cave, créée et développée par Juli Soler et l''équipe de six sommeliers de elBulli attendent les collectionneurs, ce soir, "exceptionnelle et unique" ajoute Ferran Adrià.

Marketing

Dans le quotidien suisse Le Temps, Philippe Ligron, professeur de cuisine à l’École hôtelière de Lausanne, note : "Ferran Adrià est un génie qui a grandement participé à lancer la mode de la cuisine moléculaire. Il est arrivé au top de sa discipline et veut à présent explorer d’autres domaines, ce qui est très bien : l’homme ne vit pas sur ses acquis. Et puis il faut aussi dire que les modes changent, évoluent et le public est toujours demandeur de nouvelles tendances gastronomiques. Cette vente, c’est avant tout du marketing : on mise sur le nom, le mythe elBulli pour attirer les enchérisseurs."

Bouteilles rares

Près de 100 bouteilles et six différents millésimes de Vega Sicilia "Unico" de 1987 à 1996

Six différents millésimes de Clos Erasmus

Hermitage de Jean-Louis Chave, La Chapelle de Paul Jaboulet Aîné,

Côte-rôtie La Landonne, La Mouline, La Turque de Guigal

Magnums de Château Latour 2005

7 millésimes de Échezeaux, 5 de Grands Échezeaux, 5 de Richebourg, 7 de Romanée-Saint-Vivant, 7 de La Tâche, 5 de Romanée Conti

28 Montrachet (de 1987 à 2004)

à lire également
LC780 p. 62-63 chefs lyonnais
La ville est-elle en passe de devenir un hot spot de la scène culinaire internationale ? Néo-primitivistes, super-naturels, qui sont les nouveaux chefs ? Quelles sont les lignes de force de la cuisine contemporaine lyonnaise ? À l’occasion du Lyon Street Food Festival, qui va mettre à table mi-septembre plus de 20 000 personnes, Lyon Capitale s’attache à comprendre le paysage culinaire actuel, dont l’effervescence témoigne du dynamisme d’ensemble de la métropole lyonnaise.
Faire défiler vers le haut