Expo souvenir jusqu’au 21 juillet au MAC de Lyon

L’évolution et l’essor de l’art contemporain à Lyon sur trente ans, révélés par la collection du musée d’Art contemporain.

Le musée d’Art contemporain de Lyon a la particularité de ne pas présenter d’exposition permanente mais de faire vivre sa collection à travers une activité intensive de prêts extérieurs. Autre particularité, que révèle l’exposition “Pour mémoire” : la volonté du musée – et de son directeur, Thierry Raspail – de “collectionner des expositions”. À travers une sélection d’œuvres de la collection, ce nouvel accrochage revient sur cinq moments clés de l’histoire du musée : de 1984, date de la création d’un département Art contemporain au musée des Beaux-Arts, à 1991, année de la première biennale, en passant par l’installation dans le bâtiment actuel dessiné par Renzo Piano en 1995, jusqu’à la dernière biennale en 2011.

Ces périodes correspondent également à l’essor d’artistes désormais incontournables, pour ne pas dire institutionnels, comme Sophie Calle, Anish Kapoor, Thomas Schütte ou Carsten Höller, dont les pièces ont été acquises par le MAC à l’époque où leur cote pouvait le permettre. Au-delà des œuvres de ces superstars du marché, qu’il est néanmoins toujours intéressant de revoir (le trouble de la sculpture monumentale Mother as a Void de Kapoor (photo ci-dessus) et la poésie de la vidéo Lover Finches de Höller opèrent toujours), l’exposition présente des pièces moins visibles et néanmoins remarquables tel le Monochrome rouge de Jean-Pierre Bertrand, réalisé à partir d’un mélange de sel, miel, citron et pigment rouge, ou la magnifique série Ten Seascapes d’Hiroshi Sugimoto, résultat photographique d’un temps de pause prolongé devant une ligne d’horizon entre ciel et mer, ou encore les photographies grand format, paysages et natures mortes quasi picturales, du peu connu Jean-Luc Mylayne.

“Pour mémoire” ne propose pas tant une vue d’ensemble de la création contemporaine de ces trente dernières années qu’une mise en lumière de l’évolution et de l’essor de l’art contemporain à Lyon.

-----

Pour mémoire – Œuvres de la collection. Jusqu’au 21 juillet, du mercredi au dimanche de 11h à 18h, au musée d’Art contemporain (MAC), Lyon 6e/Cité internationale.

à lire également
Thierry Raspail © Tim Douet
À l’occasion du départ à la retraite du directeur du musée d’Art contemporain de Lyon, l’ancien adjoint à la Culture et au Patrimoine salue dans cette tribune “l’esprit de Raspail”.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut