Décès du fuyard touché par une balle d’un policier

Hier, dans les rues de Sainte-Foy-lès-Lyon, Mehdi Bouhouda, sous le coup d’un mandat d’arrêt, aurait forcé un barrage policier et renversé un fonctionnaire. Le jeune homme de 27 ans a alors été atteint d’une balle dans la tête.

Mehdi Bouhouda, 27 ans, évadé de la maison d'arrêt de Roanne, est décédé cette nuit, à l'hôpital Lyon-Sud. Le fuyard a été touché d'une balle dans la tête, hier, dans les rues de Sainte-Foy-lès-Lyon. Transféré dans la journée à l'hôpital, il était en état de mort cérébrale. En cavale, le jeune homme était incarcéré pour des faits de vols et de violences.

Course-poursuite dans les rues de Sainte-Foy

Jeudi vers 14h, dans cette commune de l'Ouest lyonnais, une DS noire, avec trois personnes à bord, est prise en chasse par les forces de l'ordre, dans le quartier de la Gravière. A la suite d'une course-poursuite de plusieurs minutes, la voiture s'engouffre dans une résidence et est prise au piège dans une impasse. Là, les fuyards tentent de faire demi-tour et se retrouvent face à la voiture de police. Le conducteur aurait essayé de forcer le barrage. Après les sommations des forces de l'ordre, un policier aurait alors tiré à deux reprises.

Cas de légitime défense ?

"Le policier était-il en état de légitime défense ou pas ?" se demande Me David Metaxas, l'avocat de la famille de la victime. Ce matin, les deux autres passagers de la voiture étaient encore en garde à vue, ainsi que le policier à l'origine des tirs. Deux enquêtes ont été ouvertes, l'une pour tentative d'homicide sur fonctionnaire de police, l'autre par l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN).

à lire également
Police lyon
Voitures brulées, jets de pétards, de fusées… 17 individus, pour la plupart mineurs, ont été interpellés dans la nuit du 13 au 14 juillet suite aux violences commises dans l’agglomération lyonnaise.
2 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 4 septembre 2015

    Selon une des versions des faits (donc à vérifier, comme les autres), ce n'est pas 1 balle, mais 3 balles qui auraient atteint la zone de la tête. On espère que les médias vont pouvoir donner des infos proches de l'IGPN ou des services de médecine.

  2. Robes Pierre - 5 septembre 2015

    1 ou 3 balles peu importe, quand les forces de l'ordre vous intiment l'ordre de stopper on s’arrête ,enfin c'est valable pour les citoyens qui n'ont rien à se reprocher , les autres , voyous, malfrats prennent le risque de jouer leur vie.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut