Roybon
@PHILIPPE DESMAZES / AFP

Center Parcs : la Frapna craint “des risques de dérapage”

La Fédération Rhône-Alpes de défense de la nature réclame un arbitrage rapide auprès de la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal. Elle souhaite que les travaux soient suspendus sur le chantier et qu’une mission d’inspection soit mise en place.

La contestation monte chaque jour d'un cran autour des travaux de déboisement en plein cœur des Chambarans, pour permettre la construction du Center Parc de Roybon. Alors qu'une centaine d'opposants occupe désormais une maison forestière abandonnée de l'Office national des forets, à proximité immédiate du chantier, la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna) réclame aux pouvoirs publics la suspension immédiate des travaux, craignant des "risques réels de dérapage". Elle pointe notamment du doigt "la non-prise en compte des conclusions de la commission d'enquête et le passage en force des arrêtés préfectoraux permettant le démarrage des travaux".

Un arbitrage de Ségolène Royal

Par ailleurs, la Frapna assure avoir sollicité, par l'intermédiaire de sa maison mère France Nature Environnement, l'arbitrage urgent de la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal. La Frapna souhaite, outre l'arrêt du chantier, la mise en œuvre d'une "mission élargie d'inspection" et l'organisation d'une "table ronde au ministère, avec les organisations représentatives", à la suite du rapport d'inspection.

En parallèle de ces démarches, la Frapna interpelle directement le PDG de Pierre et Vacances pour l'inciter à interrompre de lui-même ces travaux avant que ne se "détériore un peu plus" l'image de son entreprise.

De son côté, le président du conseil régional, Jean-Jack Queyranne, a écrit au préfet pour lui demander la suspension des travaux du Center Parc, jusqu'à ce que le tribunal administratif de Grenoble rende sa décision.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut