Barreau manquant entre l'A89 et l'A6 : la justice rejette les recours

Le Conseil d’État a rejeté la semaine dernière les recours déposés demandant l'annulation de la déclaration d'utilité publique du tronçon devant relier l'A89 à l'A6. Les travaux vont se poursuivre, pour une mise en service au premier trimestre 2018.

Gérard Collomb parlait d'une "hérésie". Pourtant, le tronçon assurant la liaison entre l'A89 et l'A6 devrait bien voir le jour.

Le Conseil d’État a rejeté, le 22 juillet, les recours déposés par la Métropole de Lyon, le Sytral, le Sepal (Syndicat mixte d'études et de programmation de l'agglomération lyonnaise) et l'association Alcaly (Alternative au contournement autoroutier de Lyon). Ensemble, ils réclamaient l'annulation de la déclaration d'utilité publique délivrée pour ce tronçon le 3 avril 2015.

La juridiction administrative a donc considéré que "l'utilité publique de cet ouvrage était pleinement établie", annonce la préfecture du Rhône dans un communiqué.

Ce barreau manquant de 5,5 km, reliant le terminus de l'A89, à la Tour de Salvagny, et l'A6 sur la commune de Limonest, avait réuni dès le début l'hostilité de nombreux élus de l'agglomération. Max Vincent, maire UDI de Limonest, comparait l'administration centrale à "un rouleau compresseur" et se demandait "qui commande dans ce pays ?"

Même chose pour Gérard Collomb, qui voyait dans ce projet une "hérésie", qui "fait en sorte que les voitures arrivent pile poil au cœur de l'agglomération".

Ils devront pourtant se faire une raison. Les recours n'étant pas suspensifs, les travaux ont déjà débuté et la mise en service est prévue pour le premier trimestre 2018.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut