Hopital
© Maxppp

Atteinte d'un cancer, une étudiante appelle à faire un don de moelle

Le seul espoir d'Alice, atteinte de la maladie de Hodgkin, est un don de moelle osseuse. Problème : en France les donneurs sont peu nombreux. La jeune femme appelle à s'enregistrer comme donneur.

Alice est étudiante à l'INSA de Lyon. Originaire de l'Isère, la jeune femme mène une vie tout ce qu'il y a de plus normal lorsqu'en septembre 2015, elle apprend qu'elle est atteinte de la maladie de Hodgkin, une forme de cancer du système lymphatique. Deux chimiothérapies plus tard, Alice, 22 ans, se bat toujours contre cette maladie. Son prochain espoir est un traitement avec une greffe de moelle osseuse.

La probabilité de trouver un donneur compatible est très faible

Il est parfois très difficile de trouver un donneur compatible. Les recherches s'effectuent d'abord dans la famille du patient. Entre deux frères ou sœurs, les chances de compatibilité sont de 25 %. Dans les trois cas sur quatre où les membres de la fratrie ne sont pas compatibles, il faut se tourner vers les registres de donneurs nationaux et internationaux. Seulement, la probabilité d'être compatibles n'est plus que d'une chance sur un million entre deux inconnus.

En France, des donneurs trop peu nombreux

Face à cette faible probabilité, les registres de donneurs doivent atteindre une taille importante pour être efficaces. Or, en France, à peine 300 000 personnes sont enregistrées comme donneurs de moelle osseuse. Aujourd'hui, Alice appelle les Français à s'inscrire. Un geste qui pourrait lui sauver la vie.

Il faut pour cela remplir trois conditions : avoir plus de 18 ans et moins de 51 ans lors de l'inscription (le don reste possible jusqu'à 60 ans), être en parfaite santé et accepter de répondre à un questionnaire et de faire une prise de sang. Le don de moelle osseuse est volontaire, anonyme et gratuit. Les médecins s'assurent pour chaque donneur potentiel que le prélèvement ne lui fera encourir aucun risque. L'hospitalisation dure 48 heures et tous les frais sont pris en charge.

Pour en savoir plus et s'inscrire : http://www.dondemoelleosseuse.fr/

à lire également
Quelle est l'influence de la distance de course sur la fatigue mesurée à l'arrivée d'un ultra trail tel que l'UT4M ? Comment et à quelle vitesse récupère-t-on ? Dans les 10 jours après la course ? La course de 160 km est-elle plus éprouvante que celle de 4x40 km ? Récupère-t-on plus vite après avoir couru 160 km d'une traite ou après 4x40 km ? 
2 commentaires
  1. FEFI - 21 février 2017

    Et si vous disiez quelle compatibilité serait possible?

  2. Redaction - 24 février 2017

    Dans le cas d’un don de moelle osseuse, la compatibilité est beaucoup plus compliquée à déterminer que pour le sang. Des tests sont nécessaires, il n’y a pas de compatibilité a priori.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut