Lafond signe le pacte logiciel libre, Collomb ne répond pas


Par Florent Deligia
Publié le 12/03/2014  à 15:34
2 réactions

Eric Lafond dans L’Autre Direct, le 28 novembre 2013 © Elise Julliard
© Elise Julliard

Candidat centriste à la mairie de Lyon, Éric Lafond vient d'annoncer qu'il avait signé le pacte logiciel libre.

En France, seulement 148 candidats ont accepté de parapher ce document qui implique de s'engager à : "faire développer et utiliser prioritairement des logiciels libres et des standards ouverts dans les établissements, administrations, services et lieux publics placés sous l'autorité de ma collectivité ou gérés par des partenaires".

Eric Lafond n'est cependant pas le premier candidat lyonnais à signer le pacte. En effet, le document a déjà été accepté par Corinne Lehl (EELV, 1er arr.), Florence Berger (EELV, 2e arr.)et Romain Blachier (PS, 7e arr.). À Villeurbanne, Béatrice Vessiller et Laurent Quiquerez, candidats Europe Écologie-Les Verts, Jean-Wilfried Martin (UMP) et Frédéric Vermeulin (PS) ont également signé le pacte.

L'équipe de Michel Havard n'a rien reçu, celle de Collomb ne répond pas

Contactée par Lyon Capitale, l'équipe de Michel Havard a admis n'avoir pas reçu de demande concernant ces engagements sur le logiciel libre, mais les étudiera. Par ailleurs, malgré nos nombreuses sollicitations sur ce sujet auprès de son équipe de campagne, Gérard Collomb n'a pas répondu à Lyon Capitale sur la question. De son côté, le PLOSS Rhône-Alpes, regroupant les acteurs du logiciel libre de la région, a interpellé le candidat sortant sur cette thématique sans obtenir le moindre retour.

Le logiciel libre a toujours été loin d'être une priorité à Lyon. En effet, la ville a préféré signer un partenariat avec Microsoft en 2007 et la grande majorité de ses ordinateurs fonctionne aujourd'hui sous Windows XP et Seven. Les acteurs du libre se sentant peu considérés à Lyon ont choisi d'installer le siège de leur regroupement régional à Tarare.

Un potentiel de 5000 emplois

François Aubriot, président du PLOSS Rhône-Alpes, espère cependant un réveil et ne manque pas d'arguments : "Les logiciels libres représentent un potentiel de 5000 emplois sur l'agglomération et surtout des économies pour les collectivités. À l'heure de la métropole intelligente, cette alternative qui privilégie le service local et non pas la vente de licences pour des logiciels souvent étrangers, a toute sa place".  

Le pacte logiciel libre ainsi que la liste des candidats qui l'ont accepté sont disponibles en ligne sur candidats.fr

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (5 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
2 commentaires

Je ne suis pas étonnée que le l'équipe de Monsieur Collomb, sauf quelques élus, n'ait pas signé et surtout pas répondu. Monsieur Le maire est tellement sur de lui et de repasser Maire de Lyon, qu'il prend les électeurs pour des "c....".

Attention Monsieur le Maire, les élections ne sont pas encore passées... Vous pourriez avoir des surprises.

Signaler un abus | le 12/03/2014  à 18:15 | Posté par  Marine  

Jsuis allé lire le Pacte, c'est une honte intellectuelle. Associé Logiciel Libre et Windows ... a part troller cela n'a aucun sens. Qui utilise sérieusement Linux/open office au quotidien ? et Windows 7 a 100E TTC sur 7/8ans c'est vraiment pas cher, transferable d'un PC a un autre, revendable légalement si le PC est mort et que la licence est collée et visible ... bref, l'enjeu est pas sur l'OS, mais plutôt sur des logiciels libres de type CMS ou Prestashop ...

Signaler un abus | le 13/03/2014  à 03:46 | Posté par  stivostine69  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.