Rapport Duron : les opposants au Lyon-Turin pavoisent


Par Fabien Fournier
Publié le 01/07/2013  à 10:23
3 réactions

Remis jeudi dernier, le rapport Mobilité 21 n'a pas étudié le tunnel transfrontalier, sanctuarisé par un accord franco-italien. Il a en revanche reporté à l'après-2030 le chantier des accès français au tube international.

Sera-t-il leur livre de chevet ? Les opposants à la ligne grande vitesse Lyon-Turin trouvent matière à satisfaction dans le rapport Mobilité 21, dit rapport Duron (lire ici). Rendu public jeudi dernier, celui-ci hiérarchise les grandes priorités d'infrastructures de transports. Sanctuarisé par un accord international, le tunnel transfrontalier franco-italien n'a pas été étudié par la commission. D'un coût de 7,990 milliards d'euros, les accès français à ce tunnel l'ont été.

Si la commission "confirme l'intérêt à terme de la réalisation des accès prévus", elle "n'a pu s'assurer que les risiques de saturation et de conflits d'usage (des gares et rails existants, ndlr) qui justifient la réalisation du projet interviendraient avant les années 2035-2040". Ces différents accès sont relégués en "secondes priorités", quel que soit le scénario financier, soit à réaliser entre 2030 et 2050. La commission recommande toutefois un suivi régulier "des conditions de développement du projet global".

Les opposants au Lyon-Turin relève un paragraphe, qui évoque le projet dans sa globalité. "La commission considère que la dimension européenne et singulièrement l'inscription au réseau européen de transport (RTE-T), malgré toute son importance, ne peut être le seul critère déterminant dans l'établissement des priorités. D'autres aspects sont à prendre en compte tels que la lutte contre la fracture territoriale, l'amélioration du transport du quotidien, la contribution à la transition énergétique et écologique ou encore les performances économiques et sociétales".

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
3 commentaires

Que ce soit le Lyon-Turin ou les transports locaux : rien n'a été fait pendant 10 ans, alors maintenant tout est trop tard…

Signaler un abus | le 01/07/2013  à 12:34 | Posté par  FOurs  

où sont les 300.000 camions qu'ils avaient promis sur le train, ils sont sur la route car ils n'ont rien fait
les 20 millions de tonnes de la lignes ne sont utilisées qu'à 3,4 millions de tonnes

qu'ils utilisent l'existant et donne leurs garanties comme ils ont su les demander aux petits actionnaires d'Eurotunnel.

ils préfèrent l'argent des contribuables.
http://lyonturin.eu/communiques/docs/communiqu%C3%A9%20rapport%20duron.pdf

Signaler un abus | le 01/07/2013  à 15:17 | Posté par  mcstn  

SIX mois de baisse consécutive des camions dans les Alpes du Nord.

Depuis le mois de janvier 2013, chaque mois, le trafic des poids lourds baisse, tant au Fréjus qu'au Mont-Blanc pour atteindre une baisse cumulée à fin juin de 43.304 camions de moins par rapport à 2012.

15.826 camions de moins au Fréjus et 27.478 de moins au Mont-Blanc, soit une baisse cumulée de 6,58 %.
L'arrêt immédiat de ce projet est une absolue nécessité sans hypothéquer l'avenir :
une mesure de bon sens
et de décence.

Signaler un abus | le 03/07/2013  à 11:42 | Posté par  mcstn  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.