Prix Eugénie Brazier : une connasse quasi à l'unanimité


Par Guillaume Lamy
Publié le 11/12/2017  à 10:56
Réagissez

Jacotte Brazier et la bande des "Amis d'Eugénie Brazier" (sa grand-mère) vient de décerner, quasi à l'unanimité, son Grand Prix littéraire féminin annuel à Fiona Schmidt pour "Les recettes d'une connasse*".

*Dédiées à toutes celles qui demandent un supplément bacon avec leur salade végétarienne. 

 

Livre Recettes d'une connasse ()

"Au commencement, il y eut le gratin de pâtes. Puis la bistronomie. Puis la japan food, la korean food, la street food, la raw food, les poke bowls, le véganisme, le flexitarisme, la fermentation, les graines germées, les fleurs comestibles, le sacre du chou kale, le règne de la noix de coco, le putsch de la baie de goji, renversée par l'açaï, contredit par la gaufre et le chou à la crème, qui sont les nouvelles madeleines, elles-mêmes les nouveaux macarons... Manger est soudain devenu très compliqué. Faire la cuisine, n'en parlons pas. Alors j'ai inventé la cuisine de connasse qui butine le meilleur de toutes les tendances food de ces dernières années, sans s'embarrasser d'aucune règle." explique Fiona Schmidt, une journaliste de formation (Cosmopolitan, Grazia, Biba, Be...), slasheuse, bloggeuse et Grand Prix Eugénie Brazier 2017.

Lundi 4 décembre dernier, Isabelle Haeberlin, (épouse de Marc Haeberlin, trois étoiles Michelin à l'Auberge de l'Ill d'Illhaeusern, en Alsace), créatrice de l'association Epices à Mulhouse, Mojgan Tashvighi, cuisinière iranienne, Hugues Feuillet, photographe culinaire, moi-mêm, ainsi que sept membres du comité de lecture de l'association des "Amis d'Eugénie Brazier", ont attribué leurs cinq prix littéraires féminins annuels.

Créée en 2007 par Jacotte Brazier, petite-fille de la célèbre Mère Brazier, les prix littéraires de l'association "Les Amis d’Eugénie Brazier" récompense et met à l’honneur les ouvrages de cuisine centrés sur les femmes ou écrits par des femmes. Le 20 décembre prochain, une cérémonie dédiée se tiendra à l’Hôtel de Ville à Lyon.

 "L’une de nos initiatives consiste à soutenir financièrement et professionnellement des jeunes filles qui entreprennent des études dans la restauration, explique Jacotte Brazier. Et ces prix couronnent  transmission du patrimoine culinaire."

Le palmarès Eugénie Brazier

Pour cette édition 2017, il s'agit de : 

Grand Prix Eugénie Brazier 

Les recettes d’une connasse de Fiona Schmidt (éd.Hachette)

Prix de l’Iconographie et de l’Image

Manger Libanais de Kamal Mouzawak,  illustrations de Ayla Hibri et  Zeina Abirached(éd.Marabout)

Prix de la Francophonie et d’Ailleurs

Kalamata de Julia Sammut (éd.Kéribus)

Prix du comité de lectures

Femmes d’ici, cuisines d’ailleurs , ouvrage collectif (éd. Albin Michel)

Cour de coeur du jury : 

La table palestinienne de Reem Kassis (éd. Phaïdon)

Cuisine et auto-dérision

Après de longs échanges savoureux, le jury - à 9 voix pour 11 - a donc distingué "Les recettes d'une connasse". "Le Grand Prix Eugénie Brazier a toujours salué la modernité, tout en essayant, autant se faire que peut, d'être le poil-à-gratter de la littérature culinaire féminine" a expliqué le jury, lors d'un déjeuner au 12 rue Royale, chez "La Mère Brazier"- le 10 Downing Street de la gastronomie.

Mais c'est quoi au juste la cuisine de connasse ? "C'est une cuisine contradictoire, qui assume ses paradoxes avec une joyeuse mauvaise foi.  Une cuisine savoureuse, colorée et 90% healthy, qui ne s'interdit pas les sorties de route burrito-mojito-Michocko®. Une cuisine rapide et facile, garantie sans beurre à clarifier, sucs à déglcaer ni crevettes à cardinaliser. Une cuisine pour les femmes d'aujourd'hui, toujours pressées, pas tout à fait ceintures noires de casseroles, au régime tous les lundis, en détox jusqu'à l'heure de l'apéro, pour qui la beauté extérieure de l'assiette compte au moins autant que la beauté extérieure."

Au menu : avocado daïquiri, couscous au pamplemousse rose, fleur d'oranger, boulettes de courgette, daal de chou-fleur, tomates et abricots secs, , gratin de coquillettes GDG (Gueule de Bois), pain de viande à la Gwyneth, pot-au-pho...

On est loin des pomponnettes de foie gras, des langoustes à la cardinal, des écrevisses à la nage, des volailles demi-deuil et des pets-de-nonne de la Mère Brazier mais, comme les Recettes d'une connasse, "c'est une cuisine pour les gourmandes frivoles qui ne manquent de rien.... même pas d'auto-dérision." A bon entendeur. 

  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4/5 (7 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

(Mentions légales, cliquez-ici)
Mot de passe oublié ?