TDS@UTMB
© UTMB® – photo : Pascal Tournaire

Pourquoi les organisateurs de l'UTMB ont modifié le parcours de la TDS ?

Un format de parcours qui tend vers celui de l'UTMB, un rapport dénivelé positif/kilomètre plus élevé, une nouvelle grosse difficulté, des barrières horaires plus drastiques pour les derniers... Lyon Capitale vous explique pourquoi la TDS millésimée 2019 fait peau neuve.

Le 23 novembre dernier, nous vous avions expliqué les principales modifications apportées au parcours de la TDS, considérée comme la course la plus sauvage et la plus technique de l'UTMB.  Si on devait résumer sous une pseudo formule mathématique la 11e édition de la TDS ("sur les Traces des Ducs de Savoie"), qui partira de Chamonix, en Haute-Savoie, le 27 août prochain, on écrirait ceci :  TDS2019 = TDS 2018 + 1 Cross du Mont-Blanc. Soit 23 kilomètres et 1800 mètres de dénivelé positif supplémentaires.

La TDS se court désormais sur 145 kilomètres et 9 100 mètres de dénivelé positif. Avec un ratio dénivelé/kilomètre plus élevé :  62,7 m D+/km contr 59,8 m D+/km l'année dernière. Et une incursion dans le Beaufortain.

Mais, au fait, pourquoi les organisateurs ont décidé durcir l'épreuve qui attire depuis 11 ans 1 600 coureurs chaque dernière semaine d'août entre Courmayeur et Chamonix.

Les éclairages d'Isabelle Juchat, responsable de l'organisation sportive de l'UTMB.

Pourquoi avoir modifié le parcours de la TDS ? 

C'est une demande du territoire du Beaufortain, plus particulièrement des communes de Beaufort et de Hauteluce. La TDS 2018 passait sur les hauteurs des deux villages. Pour eux, il était donc difficile de valoriser leur participation à l'événement car ils n'étaient pas traversés par la course. Les deux communes nous réclamaient depuis de nombreuses années que la course traverse leur centre. Cette année, on a décidé de jouer le jeu.

23 kilomètres et 1 800 mètres de dénivelé positif en plus quand même !

Si on voulait faire passer la TDS dans le centre de Beaufort et Hauteluce, on était obligé d'allonger le parcours. On a beaucoup travaillé avec les communes sur la construction du parcours, ainsi qu'avec le local de l'étape, Thierry Bochet (vainqueur de la Petite Trotte à Léon (PTL), 300 km et 25 000 m D+ en 100 heures, record de l'épreuve, NdlR) qui fait partie de la commission parcours de l'UTMB. Cette année, la course traversera des lieux incontournables du massif du Beaufortain, comme le Pas d’Outray, avec sa vue imprenable sur la Pierra Menta et le Grand Mont, lieux mythiques du ski-alpinisme, mais aussi Hauteluce avec ses hameaux typiques et sa vue imprenable sur le Mont-Blanc.

Les critères n'ont pas changé pour les coureurs...

Non car le changement de parcours ayant été validé cet automne, on ne pouvait pas changer les critères.

La TDS 2019 sera plus difficile que la TDS 2018 vu le ratio dénivelé/km...

C'est sûr que d'un point de vue sportif, la TDS se rapproche de plus en plus d'une course comme l'UTMB. La TDS qui était déjà un joli défi, avec pas mal de difficultés techniques, sera encore un peu plus dure cette année. En particulier, il y aura une très longue descente, où on perdra 2 000 m de dénivelé positif, à un moment où les coureurs auront déjà fait pas mal d'forts (aux alentours du 92e kilomètre). On a donc allonger le temps de course maximum à 42 heures.

Cela fait 9 heures de plus pour parcourir 23 km et 1 800 m de dénivelé positif. Le temps imparti pour le Cross du Mont Blanc fin juin à Chamonix (23 km et 1680 D+) est de 8 h...

Les barrières horaires de cette TDS revisitée seront plus difficiles pour les derniers que celles  de l'année dernière pour ces mêmes coureurs. Comme vous l'avez dit, le ratio dénivelé positif/ km est bien plus élevé cette année. L'indice finisher Itra (indice de performance minimum nécessaire pour pouvoir terminer la course dans le délai imparti, NdlR) est passé de 380 à 410 points.

Certains ravitaillements sont-ils modifiés ?

Oui. Le Cormet de Roselend ne sera plus q'un ravito et la base de vie sera déplacée à Beaufort (25,1 km plus loin, NdlR). A Hauteluce (98,4e km), un ravito permettra d'entrer dans le village. Le col du Joly (113,8e km) , qui était un gros ravito, ne sera plus qu'un point boisson.

Dans un avenir proche, les critères de sélection vont-ils être modifiés sur les courses de l'UTMB ?

Nous allons très prochainement annoncer pas mal de changements dans le système de sélection lui-même. On est arrivé au bout du système. 15 points pour l'UTMB, c'est un maximum, on ne peut pas demander plus. En parallèle, le système n'est plus suffisant pour réguler le nombre d'inscriptions toujours grandissant. Sans compter que le nombre de courses qualificatives grossit chaque année.

UTMB  : la TDS vécue de l'intérieur

à lire également
Seuls 100 "super-athlètes" ont été acceptés pour courir le Tor des Glaciers une épreuve d'ultra-trail de 450 kilomètres et 32 000 mètres de dénivelé positif. Ils sont six de la région. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut