Billets
Une salariée de la société de transport de fonds Loomis a pris la fuite avec 256 000 euros.
Capture d’écran 2013-10-10 à 17.27.06
Après quatre ans passés en prison, Toni Musulin, le plus célèbre des braqueurs français, livre son témoignage dans Paris Match ce jeudi.
Pas d'image
La réunion de ce mardi entre les délégués de Loomis Lyon, l’inspection du travail et le Préfet Carenco a eu son petit effet. Si, après 12 jours de grève, la situation semble dans l'impasse, ce mercredi, Loomis a sorti son plan B. Dernière proposition en date : l'annulation du déménagement prévu, et donc des primes. De quoi faire encore monter la tension avec les convoyeurs, qu'elle doit rencontrer de nouveau ce vendredi.
Pas d'image
Les négociations avec leur direction n’ayant pas abouti ce lundi, les convoyeurs de fonds de Loomis avaient demandé à être reçus en Préfecture dans la foulée. Ils le sont depuis 15h30 ce mardi après-midi, afin de négocier les conditions de leur retour au travail.
Pas d'image
La société de transport de fonds Loomis se dit experte en logistique fiduciaire. Aux yeux de ses 70 employés lyonnais, elle ne l’est en tout cas pas en matière de logistique tout court. En grève illimitée depuis lundi 29 juillet, ils exigent le respect d’un accord signé il y a 4 ans avec leur direction pour une prime de mobilité – Loomis devant déménager cet été – et font, depuis, le siège de leur futur centre fort.
Toni Musulin
L'ex-convoyeur Toni Musulin a été condamné par la 16e chambre correctionnelle du TGI de Lyon à verser 274 000 euros à son ex-employeur la société de transport de fonds Loomis.
Pas d'image
A-t-il réussi à tromper son monde ? La question demeurait dans tous les esprits mardi 14 septembre au sortir du second procès de Toni Musulin. L'homme, faut-il le rappeler, ex-convoyeur de fonds de la société Loomis à Lyon, était parvenu à s'enfuir avec plus de 11 millions d'euros le 5 novembre dernier. Il conduisait un camion de transport de fonds bourré à craquer de billets. Il a répété, mardi, avoir fui sans argent.
Pas d'image
Toni Musulin était jugé mardi à Lyon pour vol simple et tentative d’escroquerie. Il écope de seulement trois ans de prison ferme.
Pas d'image
Personnage complexe, Toni Musulin revient à l’audience sur le déroulement des faits, du jour du vol et sa fuite en Italie jusqu’à son arrestation à Monaco.
Le convoyeur de fond qui a détourné et vidé son fourgon chargé de 11,6 millions d'euros est jugé ce mardi 11 mai par le tribunal correctionnel de Lyon. Alors que son procès devait être reporté en juin pour des problèmes de procédures Toni M. s'est finalement rendu ce matin au tribunal.

Posts navigation

1 2