Maxime Gonalons : "Se réoxygéner, recharger les batteries"

Détendu et souriant, Maxime Gonalons, à la sortie d’un entraînement, n’a pas manqué de venir à notre rencontre afin de nous narrer sa vie de footballeur de l’intérieur. Dans cette première chronique, le jeune milieu de terrain revient sur son probant début de saison avec son club de toujours. Le natif de Vénissieux évoque également sa première présélection en équipe de France.

"Depuis le début de saison, j’ai joué tous les matches, je pense m’en être plutôt bien sorti. D’autant que les résultats sont au rendez-vous. Contre Paris, j’ai eu un peu plus de mal lors de la deuxième mi-temps. C’est vrai que j’ai perdu quatre, cinq ballons (sourire). J’ai appris que Christophe Dugarry m’avait un peu titillé sur Canal + pendant le match (rires). Avec l’enchaînement des matchs, j’étais cuit. Ceci dit, j’ai la chance de jouer, j’ai du temps de jeu donc on ne va ne pas se plaindre. La trêve internationale va nous faire du bien. On va se réoxygèner, faire des massages, de la balnéo, bref, bien récupérer, recharger les batteries. On va repartir sur un gros cycle avec l’enchaînement de gros matchs contre le Real, Lille, Sainté à deux reprises, ...

"La présélection, une bonne nouvelle"

Un fait marquant de ce mois écoulé ? Je dirais sans hésiter, ma présélection en équipe de France. C’est mon agent qui m’a appris que j’étais présélectionné. J’étais content. Sincèrement, je ne pensais pas que ça allait arriver si vite. Maintenant, c’est une présélection, ce n’est pas une fin en soi. J’ai un peu suivi à la télé l’annonce des joueurs retenus par Laurent Blanc. J’ai essayé de me tenir au courant mais je n’ai pas prêté une attention particulière. Je ne me prends pas la tête avec ça, je continue de travailler, de tout donner pour mon club.

"L’arrivée de Tony Parker à l’ASVEL va attirer du monde !"

Je ne suis pas un spécialiste de basket mais j’aime bien regarder quelques matches. D’ailleurs, je suis déjà allé deux fois à l’Astroballe. A chaque fois, ils ont perdu (rires) mais j’y retournerais avec plaisir. La venue de Tony Parker, c’est une très bonne nouvelle pour l’ASVEL et le basket français. Ça va attirer du monde, ça va créer un engouement. C’est une personnalité du basket, du sport français, tout le monde va venir le voir jouer avec ce maillot de l’ASVEL."

Lire aussi : La chronique d'Edwin Jackson / La chronique de Romain Loursac

à lire également
Le milieu de terrain de l’OL Tanguy Ndombele – FC Sion/OL, 13 juillet 2018 © Fabrice Coffrini / AFP
Incontestablement, Tanguy Ndombele (21 ans) est la plaque tournante de l’Olympique lyonnais. Si le milieu de terrain excelle balle au pied, il affiche un tout autre visage en dehors du rectangle vert.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut