L'OL prend les rênes

Très entreprenants malgré de nombreux changements, les Lyonnais se sont imposés à Rennes (1-2) grâce à des buts de Bastos et de Lisandro. Un succès précieux.

L’OL n’avait pas le choix. Sans marge d’erreur en championnat, les Lyonnais se devaient de ramener les trois points de Bretagne afin de continuer à lorgner sur le podium de Ligue 1. C’est chose faite, avec la manière. Avec les défaites conjuguées de Lille et de Bordeaux, c’est même une très bonne affaire réalisée ce samedi soir par les hommes du Président Aulas. Le déplacement en Bretagne s’annonçait pourtant particulièrement périlleux. Le club de la capitale bretonne, réputé comme coupeur de « gros » (avec notamment une victoire 4-2 contre Bordeaux dernièrement) s’est montré particulièrement décevant face à Lyon.

Lisandro, encore et toujours

Au coup d’envoi, Claude Puel a pourtant largement remanié son onze de départ. Seulement cinq joueurs titulaires face à Bordeaux mardi dernier sont reconduits à Rennes. Le temps de trouver des automatismes côté olympien, le Stade Rennais débloque déjà la situation. A la 14ème minute, lancé dans la profondeur, Briand prend de vitesse Lovren et voit sa tentative repoussé par le montant droit de Lloris. Gyan a bien suivi et expédie le cuir dans le but vide. On s’attend alors à une sale soirée pour l’OL, si peu inspiré cette saison lors des rencontres post ou pré-Europe. Mais c’est au contraire une formation conquérante et ambitieuse qui évolue à présent.

Rapidement menés au score, les Olympiens ne parviennent pourtant pas à revenir à la marque dans la foulée. Il faut attendre le début de la seconde période pour voir la partie s’accélérer et se décanter. D’un exploit individuel sur la gauche, Bastos remet les deux équipes à égalité d’une frappe dont il a le secret (52ème). Dix minutes plus tard, Lisandro propulse l’OL devant grâce à un coup de tête salvateur à l’entrée de la surface. Les Gones mènent désormais 2-1. Un avantage mérité vue la maitrise technique et tactique des joueurs de Puel. La fin de match est même d’une étonnante tranquillité pour les Rhodaniens, tant leur supériorité est criante.

Les bons choix de Puel

Le pari de Puel au départ était osé. Laissé tant de « titulaires » au repos pouvait étonner, surtout face à un adversaire aussi redoutable. Mais le risque du coach lyonnais, qui insiste souvent sur la notion de groupe, a sans aucun doute été payant. L’OL se replace dans la course au podium, un gage indispensable afin de disputer la plus prestigieuse Coupe d’Europe la saison prochaine. Les Lyonnais ont maintenant quatre jours pour se projeter sur le quart de finale retour de la Ligue des Champions à Bordeaux, sans Govou ni Lisandro, mais avec 2 buts d’avance… Et continuer à écrire leur histoire.

à lire également
Une semaine après l'altercation entre Bruno Genesio et un supporter dans le quartier de Confluence, le journal L'Equipe a publié, ce samedi, une enquête sur les dessous de cette soirée. Pas vraiment du goût du président de l'Olympique lyonnais, qui n'a pas hésité à aller au contact avec les supporters critiques sur Twitter, de manière parfois très véhémente. 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut