Coupet- stage Borrelli
© Célia Borrelli

Grégory Coupet : "Luc Borrelli, à jamais un modèle"

Coupet- stage Borrelli ()

© Célia Borrelli

Le stage Luc Borrelli est organisé par sa famille et ses proches depuis 2001 à Sainte-Tulle dans les Alpes de Haute-Provence. L'un de ses parrains, Grégory Coupet, y participe pour la première fois toute cette semaine pour intervenir auprès de 98 enfants de 6 à 16 ans (dont 15 gardiens). Et surtout rendre hommage à la mémoire de celui qui fut son mentor à Lyon : Luc Borrelli, décédé dans un tragique accident de voiture en 1999. Joint par nos soins, l’ancien Lyonnais évoque sa participation à ce stage et l'actualité de l'OL.

Lyon Capitale : Que représente pour vous ce stage en hommage à Luc Borrelli ?

Grégory Coupet : C’est la première fois que j’y participe et il était grand temps ! Je rêvais de venir faire ce stage depuis que j'ai arrêté ma carrière professionnelle il y a deux ans. D'abord parce que je m’entends très bien avec toute la famille de Luc : ce sont de vrais amis, des gens bien, et même si on a vécu des moments très douloureux, on a fait face ensemble et cela a établi une solidarité extraordinaire entre nous. Ensuite parce que je voulais pouvoir m’occuper de gosses qui ne sont pas là pour devenir des stars du football – juste pour prendre du plaisir à jouer ensemble. Tous nous retrouver, familles, éducateurs et enfants autour du souvenir de Luc, cela me fait un bien énorme. Et je reviendrai à coup sûr l’année prochaine, encore une fois la première semaine (le stage dure deux semaines, ndlr) parce que c’est un plaisir fou !

Vous tenez à être dans la continuité de Luc Borrelli ? On se souvient qu’après votre arrivée à l’OL en 1997 en provenance de l'AS Saint-Etienne, il a joué un rôle déterminant pour la suite de votre carrière…

Encore plus que ça ! Pour moi, c’était un grand Monsieur. Il m’a apporté beaucoup et restera à jamais un modèle. Si je peux poursuivre sur la voie qu’il a tracée, c'est un honneur. Les gens qui ont eu la chance de le connaître le savent : il était d’une générosité incroyable. Aujourd’hui, que le message qu’il faisait passer aux jeunes – à l’OL notamment pour moi, mais partout où il est passé – puisse continuer à être transmis, c’est capital. J’aurais tendance à dire que c’est un principe familial, de partage et de don de soi pour que tout le monde progresse. Ce stage rappelle parfaitement l’identité et l’état d’esprit de Luc, en les mettant en action tout simplement : on est là pour les gosses, qu’ils aient un souvenir impérissable. Mais encore une fois, pas dans l’idée d’en faire des joueurs de Ligue 1, des vedettes ou quoi que ce soit. On veut des gosses heureux.

La seule différence avec d’autres formations, c’est que nous sommes entre amis, puisque Luc avait beaucoup d’amis dans le monde du football – et ces amis-là tiennent vraiment à lui rendre cet hommage chaque année à la même période. Et que ce soit au niveau des éducateurs ou des pros qui parrainent ce stage, on tient à qu’il ait une vraie crédibilité pour réussir à faire au mieux.

Coupet- stage Borrelli ()

©Célia Borrelli

La formation des plus jeunes joueurs pourrait vous tenter ? Au poste d’entraîneur des jeunes gardiens de l'OL par exemple…

Pourquoi pas ? La confrérie, je dirais même plus : la famille des gardiens est plus qu’importante à mes yeux. C’est ma vie. Ce qui est sûr, c’est que j’ai plus de temps pour entraîner les jeunes. Pour l’heure, je le fais par l’intermédiaire de stages, à droite à gauche. J’ai passé mon BE1 d’entraîneur, et cette année j’ai aussi pu me rendre dans l’Académie de Bernard Diomède à Issy-les-Moulineaux, ainsi qu’à La Réunion pour un stage "spécifique gardiens". J’ai donc toujours ma dose d’adrénaline grâce au football, mais je crois définitivement pouvoir le dire : on ne peut pas lâcher.

D’autant plus avec ce stage en hommage à Luc - le plus grand des gardiens pour moi - c’est un vrai régal, parce que je défends un projet de transmission, au vrai sens du mot. Plus qu’une mémoire, cela me permet d’essayer de transmettre des valeurs et surtout un principe simple : le football doit être un plaisir avant tout. Tout est donc réuni pour que je passe une grande, grande semaine.

En cette période de mercato estival, Monaco a déjà réalisé de gros transferts, et le PSG semble s’y apprêter… L’OL aura-t-il encore son mot à dire la saison prochaine ?

Pour être sur le podium, il faut quand même avoir un minimum d’expérience et savoir tenir la pression une saison complète. Puis les tours préliminaires de Ligue des champions pompent énormément d’énergie, donc dès le départ il faudra miser à fond sur l’expérience du staff technique pour prendre soin d’un groupe jeune. Après, quoi qu’il arrive, sur le terrain, ce sont les joueurs qui parlent. J’espère donc que les Grenier, Gonalons, Lisandro, et pourquoi pas Gomis, seront encore là pour encadrer les jeunes. Puis il faudra encaisser les départs, sachant qu’il y a quand même « Antho » Réveillère qui est déjà parti, ce n’est pas rien !

Donc je le dis : attention ! Il faut que l’OL fasse attention à ne pas vouloir à tout prix faire des économies. Parce que pour être présent sur tous les tableaux, gérer de front la Ligue des champions, les coupes nationales et le championnat, et aller chercher au moins une troisième place, il va vraiment falloir être costauds ! Attention à ne pas laisser fuir les cadres et à être très prudents pour rester dans la course...

Grégory Coupet entouré des frères de Luc Borrelli

© Célia Borrelli
à lire également
Le stade Francisque-Jomard, à Vaulx-en-Velin (capture d'écran Google Street View)
S’il reconnaît les factures dans les bars à hôtesses, Me Christophe Bruschi, conseil de l’ex-président du FC Vaulx Ali Rechad, visé par une enquête pour escroquerie et abus de confiance, pointe le réveil tardif de la maire, Hélène Geoffroy, qui a saisi le procureur de la République en mars. L’avocat justifie les mouvements d’argent autour de la commission sur le transfert de Kurt Zouma à Chelsea par une tentative d’escroquerie dont aurait été victime son client.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut