"Kolo" n’a pas l’intention de quitter l’OL

Bénéficiant d’un bon de sortie de l’OL, au même titre que Kim Källström, Ederson ou encore Jean-Alain Boumsong, le jeune latéral gauche international Timothée Kolodziejczak, 18 ans, nous confie son souhait de poursuivre l’aventure entre Rhône et Saône.

Lyon Capitale : Une liste de sept joueurs est sortie dans la presse, vous annonçant sur le départ de l’OL. Êtes-vous surpris ?

Timothée Kolodziejczak : Je ne suis au courant de rien. J’ai été informé par des amis que mon nom circulait dans les journaux, mais je n’en sais pas plus. Je suis sélectionné pour le Championnat d’Europe des moins de 19 ans (du 15 au 30 juillet 2010 en Normandie, NDLR), je me concentre aujourd’hui sur cet objectif là. Je verrai ça lors de mon retour à l’entraînement fin juillet.

Comment gérez-vous cette situation, souvent difficile pour un jeune joueur ?
Très bien, je ne fais pas attention à tout ce qui peut se dire sur moi. Je ne me prends pas la tête. J’ai encore deux ans de contrat à Lyon et j’espère bien les honorer.

Vous n’avez donc pas l’intention de quitter l’OL ?
Absolument pas. J’ai envie de rester, d’intégrer le groupe professionnel de plus en plus régulièrement la saison prochaine. Après dans le football, on ne sait jamais ce qui peut arriver, on verra bien à la reprise. Mais pour l’instant, dans ma tête, je suis à Lyon. Je me sens très bien à l’OL.

Vous regrettez d’avoir quitté Lens très jeune ?
Non, pas du tout. J’ai vécu six premiers mois difficiles à l’OL où j’ai dû m’adapter à mon nouveau club, changer mes habitudes, trouver de nouveaux repères. Mais je me suis bien acclimaté. Aujourd’hui, tout va bien, je progresse tous les jours à l’entraînement au contact de grands joueurs, pour la plupart internationaux. J’espère continuer dans cette voie là.

Vous allez disputer le championnat d’Europe des moins de 19 ans avec l’Equipe de France en juillet prochain. Un petit mot sur ce rendez-vous...
C’est une grande compétition. J’ai hâte de la disputer. La dernière fois, nous avons été battus en finale (contre l’Espagne à l’Euro des moins de 17 ans en Turquie, NDLR). Cette fois-ci, les rencontres se disputent en France. Nous avons à cœur de prendre notre revanche et de soulever la coupe chez nous.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut