Michel Havard
© Tim Douet

Michel Havard et la démonstration de soutiens

Fidèle à sa stratégie très lyonnaise et de travail en équipe, Michel Havard a répondu au meeting de Georges Fenech par une conférence de presse étalant ses soutiens locaux.

À l'heure où la campagne commence réellement, il veut prouver qu'il est le seul en capacité de faire campagne grâce à une force de frappe militante supérieure à ses concurrents.

Lundi soir, Georges Fenech lançait sa campagne des primaires avec un meeting à l'Apériklub. Il affichait un soutien de poids en la personne d'Henri Guaino, une personnalité politique très populaire auprès des militants. Ils étaient 400 à écouter la prose nationale d'Henri Guaino et le discours de candidat de Georges Fenech. Un nombre que n'ont pas manqué de noter ses concurrents.

Le lendemain, ce mardi matin, Michel Havard répliquait à ce soutien national à l'un de ses concurrents en exhibant fièrement ses propres alliés : la quasi-intégralité des élus UMP de la Ville de Lyon. Autour de lui, il avait réuni une brochette de conseillers municipaux ou d'arrondissement. "Je voudrais rappeler que 19 des 22 élus soutiennent Michel Havard, souligne Patrick Huguet, élu dans le 3e. Il a la légitimité des 45 000 électeurs qui avaient voté pour nous en 2008. Il est le candidat naturel de l'UMP. Il vit à Lyon, son parcours est lyonnais et il a la légitimité politique : il est le responsable du groupe qui mène l'opposition à Gérard Collomb. Il a fait le job."

L'argument légitimiste devient le leitmotiv de la réunion des soutiens de l'ancien député. D'ailleurs pour la plupart des élus du groupe UMP, la primaire, même réclamée par Michel Havard, n'a rien de miraculeux. "Nous aurions pu nous en passer. On perd du temps et de l'argent alors que nous avons déjà un leader", résume Patrick Huguet. À ses côtés, Michel Havard se montre guère à peine plus enthousiaste sur cette compétition à laquelle il participe : "La primaire va amener une légitimité et permettre de clore le débat et les spéculations. À partir du 9 juin, ce sera très confortable."

Une force militante supérieure

Des rangs de Michel Havard, émane une confiance non feinte : pas un mot sur les autres candidats et leurs éventuelles faiblesses. L'argument massue pour ses soutiens tient en un point : "Autour de lui, il a 200 à 250 personnes qui s'investissent. Il est le seul candidat à avoir une équipe et à pouvoir réunir 700 personnes autour d'un meeting. Les quatre autres n'ont pas cette capacité. Le but n'est pas de dire ce qu'ils ont de moins mais de montrer ce que Michel Havard a de plus", assène Patrick Huguet.

Toutefois, Michel Havard n'entend pas à l'heure actuelle retenter de meeting public en pleine campagne des primaires. Il se contente de réunions informelles dans des bars et n'entre pas dans le jeu de celui qui fera la plus grosse affluence. "La légitimité de Michel Havard vient du fait qu'il a une équipe avec qui il a travaillé sur beaucoup de thèmes. Il a engagé un travail de fond. Il n'a pas travaillé seul dans son coin. Nous avons des choses à dire et plus que ceux qui ne font que parler dans la presse", lâche Laurence Balas. "Il y a trois conditions à la victoire : un projet, un leader et une équipe", résume Michel Havard. Pour le moment, le candidat aux primaires a fait la démonstration qu'il disposait de soutiens. Il lui reste deux semaines pour prouver qu'il peut être un leader.

à lire également
David Kimelfeld et Gérard Collomb au conseil métropolitain, le 10 juillet 2017, jour de l'élection du premier © Tim Douet
Le maire de Lyon, et ex-ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron, se déclare officiellement candidat à la présidence de la métropole du Grand Lyon, occupée par David Kimelfeld depuis son départ pour Beauvau au printemps 2017.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut